Recherche dans le blog

Catégories

Chute des cheveux

Publié le : 23/10/2017 13:38:06
Catégories : Beauté

En automne, les feuilles mortes tombent et se ramassent à la pelle.

Comment éviter qu'il en soit de même pour nos cheveux? En effet, on constate une chute saisonnière de nos cheveux en automne qui ont été fragilisés par les ultraviolets, les baignades et les shampoings quotidiens infligés pendant l'été...

Alors voici quelques conseils pour ne pas se couper en quatre face à ce problème.

> Le cycle pilaire

> pourquoi perd-on ses cheveux?

> Comment savoir si l'on perd ses cheveux de manière excessive?

> Les différentes formes d'alopécie

> Les substances responsables de la chute des cheveux

> Comment lutter contre la chute des cheveux?

> Examens biologiques et analyse du cheveu

> Quand faut-il consulter un médecin?

> Voies de recherche sur l'alopécie

> liens utiles

Le cycle pilaire

Le cuir chevelu comporte 100 000 à 150 000 cheveux. La papille dermique apporte les éléments nutritifs nécessaires à la formation de kératine qui est indispensable à la croissance des cheveux:

  • des vitamines : B8 biotine, B6 pyridoxine, B5 acide panthoténique)
  • des acides aminés (méthionine, cystine, proline, acide glutamique)
  • du sang et de l'oxygène

Cette croissance est en moyenne de 1 à 1,5 cm par mois. Chaque follicule pileux suit son propre cycle pilaire qui est constitué de 3 phases. Les follicules sont programmés pour effectuer 25 à 30 cycles pilaires au cours de la vie.

Phase anagène

Phase de croissance pendant laquelle le cheveu se forme et croît par une division des cellules du follicule pileux à raison de 1 cm par mois. Le follicule pileux est volumineux et profondément ancré dans le derme profond de l'hypoderme superficiel. Le bulbe est large et les mitoses sont nombreuses. La plupart de nos cheveux se trouve en phase anagène. C'est la plus longue du cycle (2 à 5 ans environ pour l'homme). Elle concerne 85% des cheveux.

Phase catagène

Phase d'involution qui dure 2 à 3 semaines environ. C'est une phase de transition pendant laquelle les cellules cessent de se diviser, le follicule pileux se rétrécit et il est poussé vers l'épiderme. Le cheveu prend rapidement la forme d'un "cheveu en massue". Elle concerne 1% des cheveux

Phase télogène

Phase de mort du cheveu pendant laquelle le cheveu est expulsé par le nouveau cheveu qui pousse. Cette phase dure environ 3 mois

A la fin d'un cycle, un nouveau cycle recommence. Il est donc parfaitement normal de perdre un certain nombre de cheveux. Une chevelure bien fournie perd en moyenne entre 50 et 100 cheveux par jour avec des pics saisonniers en aout-septembre et au printemps.

La pousse des cheveux est plus rapide sur le vertex (point le plus élevé de la voûte du crâne) que sur les tempes

Pourquoi perd-on ses cheveux?

A la naissance, chaque individu possède un capital de follicules pileux déterminé génétiquement. Ce capital ne fait que décroître avec le temps, mais l'automne est la période de l'année où la chute des cheveux est la plus importante car nos cheveux sont fatigués et dévitalisés.

La chute des cheveux touche aussi bien les hommes que les femmes.

  • Chez l'homme, la chute des cheveux est souvent chronique est progressive, et causée par la génétique ou les hormones

  • Chez la femme, la chute est généralement consécutive à un accouchement, une grande fatigue ou liée à un changement de saison.

Tant que la papille dermique du follicule pileux est en "bonne santé", elle stimule la multiplication des cellules de la matrice et le cheveu est solidement ancré, épais et résistant. Toutefois, cette papille dermique peut se fragiliser sous l'influence de quatre facteurs:

  • Suractivité enzymatique: C'est la première cause de chute des cheveux. Ce phénomène est spécifiquement masculin. En fonction de son héritage génétique, chaque homme est plus ou moins prédisposé à perdre ses cheveux. C'est la suractivité de la 5-alpha-réductase qui est responsables de ce phénomène. Cette enzyme transforme la testostérone en dihydrotestostérone qui fragilise les cellules de la cellule dermique.
  • L'inflammation locale du follicule est provoquée par la libération de médiateurs de l'inflammation lors des diverses agressions subies par le follicule
  • Rigidification du bulbe: La fibrose, par production excessive de fibrinogène, rigidifie et comprime la racine du cheveu. Le cheveu finit par se déraciner et tomber
  • Diminution de la microcirculation sanguine: En cas de mauvaise circulation sanguine, la papille dermique se dénutrit et s'atrophie, produisant un cheveu de plus en plus faible et fragile qui finit par tomber

Comment savoir si l'on perd ses cheveux de manière excessive?

On considère qu'une chute supérieure à 100 cheveux par jour à l'automne est excessive contre 20 à 60 en temps normal.

Pour le mesurer rapidement, il suffit de glisser ses doigts sur ses cheveux secs en partant de la racine jusqu'aux pointes, au mois à cinq reprises et de compter l'ensemble des cheveux qui sont tombés. S'il y en a moins que 10, la chute est normale. S'il y en a plus de 15, il faut prendre le problème en main et se traiter.

Les différentes formes d'alopécie

L’alopécie correspond à la chute temporaire partielle ou totale des cheveux, il ne faut pas la confondre avec la calvitie qui est définitive

Une chevelure bien fournie perd en moyenne entre 50 et 100 cheveux par jour avec des pics saisonniers en aout-septembre et au printemps. Au delà de 100 cheveux perdus par jour, on parle d'alopécie

Alopécie androgénétique

Elle touche environ 70% des hommes, mais elle peut concerner les femmes à un plus faible degré. Elle se caractérise par une miniaturisation progressive des cheveux, qui sont remplacés par du duvet. Elle atteint généralement les tempes dans un premier temps avant de s'étendre sur le front. Elle est souvent associée d'une hyperséborrhée.

Beaucoup plus rare chez la femme, elle se caractérise par une raréfaction capillaire médiane (élargissement de la raie)

Cette alopécie est héréditaire, et s'accentue avec le temps.

Ce type d'alopécie est provoqué par une trop grande sensibilité du cheveu aux hormones mâles (la testostérone ). La testostérone est transformée par une enzyme la 5 alpha-réductase de type II en dihydrotestostérone ou DHT qui intervient en raccourcissant la phase anagène).

Son évolution est difficile à prévoir.

Certaines alopécies diffuses chroniques peuvent être le signe de certaines maladies (diabète, anémie, maladies endocriniennes (hypo ou hyperthyroïdies, problèmes nutritionnels...)

Physiopathologie de l'alopécie androgénétique

Au cours de l'alopécie androgénétique, la DHT se lie à des récepteurs au sein du follicule pileux et tend à raccourcir la phase de croissance (anagène). Le cycle pilaire s'accélère et le follicule pileux se miniaturise. Le stock de cheveux que le follicule programmé génétiquement est capable de produire va s'épuiser. Les cheveux deviennent de plus en plus fins pour aboutir au stade de duvet et de dégarnissement progressif du cuir chevelu.

Alopécie congénitale

L'alopécie congénitale regroupe les affections caractérisées par une absence de cheveux et/ou de poils, diffuse ou localisée dès la naissance. Elle est très rare, souvent associée à d'autres pathologies et peut être due à:

  • une absence de racine du cheveu
  • une anomalie de la tige pilaire

Cette calvitie est appelée calvitie cicatricielle puisque les follicules pileux sont définitivement détruits.

Alopécie diffuse aiguë = effluvium télogène

Chute rapide d'une grande quantité de cheveux à la suite d'un stress intense (divorce, choc psychoaffectif, décès, etc...), d'une grossesse ou d'un accouchement, d'une intervention chirurgicale, d'une maladie générale, d'une chimiothérapie, etc... Tous les cheveux se mettent en repos, tombent au bout de 3 mois, puis repoussent si la cause de stress disparaît. Ce type d'alopécie touche surtout les femmes. Négligée, elle peut évoluer vers une alopécie chronique (représentée à 90% par l'alopécie androgénétique, mais aussi nutritionnelle à type de carence).

Alopécie localisée ou pelade

La chute est brutale et très localisée. Elle peut être causée par une lésion définitive du cuir chevelu (radiothérapie ou brûlure), une maladie de peau (lichen plan, lupus érythémateux, tumeurs de la peau) ou la pelade que l'on considère liée à des facteurs psychologiques. La teigne est une infection du cuir chevelu par un champignon: la perte des cheveux se fait sous forme de plaques rondes. Ces alopécies nécessitent un diagnostic dermatologique.

Alopécie de traction

Elle est très fréquente chez les patientes africaines ou antillaises. Elle est créée par les habitudes de coiffage: tresses, nattes, queues de cheval, défrisage et soins cosmétiques agressifs.

Les substances responsables de la chute des cheveux

Médicaments

Certains médicaments peuvent entraîner une chute réversible des cheveux. Parmi ces médicaments, on retrouve:

  • Antithyroïdiens
  • Antipaludéens
  • certains antihypertenseurs,
  • Antihelminthiques
  • Antidépresseurs imipraminiques,
  • Anticonvulsivants
  • Anticoagulants (héparine, coumarine)
  • Antiacnéïques,
  • Amphétamines
  • Amiodarone,
  • Allopurinol
  • Arrêt de contraception orale,
  • le danazol, corticoïdes,
  • Anticancéreux,
  • Bétabloquants
  • Bromocryptine
  • Cimétidine
  • Fluconazole,
  • Hypocholestérolémiants
  • IEC
  • Interférons
  • Lithium,
  • Méthotrexate

Toxiques

Thallium: Le thallium est encore utilisé dans certains pays (plus en France) comme rodenticide et pesticide. Des contaminations de stock de nourriture ont provoqué de petites épidémies. Des utilisations à des fins criminelles ont été rapportées. L'alopécie survient 10 à 2à jours après l'intoxication et l'atteinte neurologique associée est évocatrice.

Arsenic: l'arsenicisme associe dermatose exfoliatrice palmo-plantaire, une chute des cheveux et des poils, une atteinte unguéale, une polynévrite sensitivomotrice et des signes digestifs, cardiovasculaires et hématologiques.

Acide borique: contenu dans de nombreuses spécialités pharmaceutiques (collyres, topiques gynécologiques,spermicides, antiseptiques...) Il est aussi utilisé comme herbicide, fongicide et agent de blanchiment. L'intoxication aigueassocie des signes digestifs, une hyperthermie, des convulsions, puis un érythème et une alopécie diffus.

Choropène: utilisé dans l'industrie des caoutchoucs synthétiques et la synthèse de néoprène. Les travailleurs concernés sont actuellement bien protégés et les alopécies au choropène ne sont plus observées

Certains végétaux contiennent des cytostatiques responsables d'alopécies de type anagène: colchique, tubercule de Gloria superba, cantharidine..

Comment lutter contre la chute des cheveux?

Pour un maximum d'efficacité, il est recommandé d'agir sur tous les fronts. Ainsi, en plus des recommandations hygiéno-diététiques, n'hésitez pas à associer des soins locaux aux compléments alimentaires. Sachez aussi que comme le cycle pilaire dure 3 mois, il faut continuer ces soins pendant toute cette période.

> Cap sur les soins capillaires

Alimentation

L'alimentation joue un rôle essentiel dans la physiologie du cheveu. Voici quelques conseils alimentaires

  • Limiter la consommation de lipides, notamment les aliments riches en cholestérol (œuf, charcuteries, frites...).
  • Réduisez l'apport de glucides d'assimilation rapide (sucre, bonbons, pâtisserie...).
  • Privilégiez l'apport en fruits et légumes
  • Avoir une alimentation équilibrée riche en zinc (les huîtres et les fruits de mer, la viande et le foie de veau et de porc, haricots secs, lentilles, germe de blé, pain complet, soja...) et en vitamines du groupe B (viande, poissons, légumes, produits laitiers ).
  • Attention à certains régimes amaigrissants qui peuvent entraîner des déséquilibres alimentaires et fragiliser les cheveux.
  • éviter les boissons riches en caféine et certains plats épicés.

Hygiène de vie

  • Éviter le tabac qui altère la qualité des cheveux car leurs racines sont moins bien irriguées.
  • éviter les substances responsables de la chute des cheveux (voir plus haut).
  • Éviter le stress : le stress provoque la sécrétion d'androgènes qui en excès provoquent la chute des cheveux.


Examens biologiques et analyse du cheveu

Bilan sanguin

En fonction des caractéristiques cliniques de l’alopécie, on peut effectuer un bilan thyroïdien (THS), un hémogramme avec dosage du fer sérique, un dosage de la testostérone libre.

Analyse du cheveu

  • Le test de traction aide à reconnaître le caractère anormal d’une chute capillaire ;
  • le trichogramme étudie le rapport entre cheveux anagènes et télogènes à l’aide d’un microscope ;
  • le phototrichogramme permet d’apprécier la densité et le calibre des cheveux ;
  • le tractiophototrichogramme combine le phototrichogramme et le test de traction

Quand faut-il consulter un médecin?

  • En cas de pelade très localisée chez l'enfant surtout (atteinte par un champignon)
  • En cas de chute importante
  • En cas d'absence d'amélioration d'une alopécie diffuse après 1 mois et demi de traitement. Certaines alopécies diffuses chroniques peuvent être le signe de certaines maladies (diabète, anémie, maladies endocriniennes, problèmes nutritionnels...)
  • En cas de signes évocateurs de surdosage liés au Minoxidil (hypotension, tachycardie, rétention hydrosodée)
  • En cas d'alopécie atypique : si la perte des cheveux ne correspond pas à une alopécie androgénique, le médecin effectuera la recherche d'autres causes d'alopécie.

Voies de recherche sur l'alopécie

Cellules souches

Des chercheurs du département de dermatologie de l'université de Pennsylvanie* ont montré que la calvitie serait liée à l'inactivation des cellules souches contenues dans le follicule pileux et non à leur disparition.

Cette découverte est importante car si l'on arrivait à réveiller ces cellules souches, les cheveux pourraient repousser

* Bald scalp in men with androgenetic alopecia retains hair follicle stem cells but lacks CD200-rich and CD34-positive hair follicle progenitor cells Journal of Clinical Investigation 4 janvier 2011

Liens utiles

Articles en relation

Partager ce contenu