Recherche dans le blog

Catégories

Les médicaments qui font mal à l'estomac

Publié le : 30/11/2017 08:27:10
Catégories : Médicaments

> Les points clés à retenir

Différents mécanismes de formation d'ulcères médicamenteux

> Action locale directe

> Temps de contact prolongé

> Les médicaments qui provoquent des reflux acides

> Médicaments ayant une action muqueuse toxique

> Cas particulier de l'aspirine et des AINS

Comment éviter les ulcères médicamenteux?

> Mesures hygiéno-diététiques

> Les protecteurs gastriques

> Les solutions naturelles

Les points clés à retenir

La majorité des médicaments se prennent par voie orale (s'avalent), ce qui expose notre muqueuse œsophagienne directement à des substances capables de provoquer localement des inflammations (œsophagites), mais aussi à des ulcérations, des nécroses, voire des perforations....

D'autres médicaments peuvent aussi attaquer la muqueuse digestive, même s'ils ne sont pas avalés (quelle que soit leur voie d'administration)

Quels sont les médicaments responsables? Par quels mécanisme, les médicaments détruisent-il la muqueuse gastrique? Peux-t-on l'éviter?

Action locale directe

Certains médicaments causent des lésions par contact direct sur les parois de l’œsophage. Dans ce cas les lésions sont surtout situées sur la partie haute de l’œsophage.  

Les manifestations cliniques à type de douleur soudaine apparaissent quelques heures après la prise du médicament.

Temps de contact prolongé

Normalement un médicament pris par voie orale (comprimé ou gélule) doit se dissoudre au niveau de l'estomac, mais il arrive que certains facteurs augmentent le temps de contact du médicament avec la muqueuse œsophagienne, augmentant ainsi le risque de nécrose par effet caustique ou par hyperosmolarité.

Ces facteurs sont réunis si votre médicament est:

  • avalé sans eau ou avec trop peu d'eau
  • pris juste avant de s'allonger. Il est conseillé d'attendre au moins une demi heure avant d'aller s'allonger
  • sous forme de gélule (risque de se coller à la paroi œsophagienne)
  • Broyé ou si les gélules sont ouvertes juste avant de les avaler

Les molécules les plus fréquemment responsables de ce phénomène sont les cyclines (surtout doxycycline), biphosphonates, certains anti-inflammatoires (AINS)

Ce phénomène est réversible à l'arrêt du médicament, mais le délai de guérison dépasse parfois deux semaines.

Médicaments provoquant des reflux

De nombreux médicaments causent ou aggravent un reflux gastro-œsophagien.

Ces médicaments causent en général des lésions sur la partie basse de l’œsophage.

Les molécules responsables de ce phénomène sont: les inhibiteurs calciques, les dérivés nitrés, l'exenatide, le liraglutide, les médicaments ayant un effet atropinique, la théophylline, la nicotine, etc...

Médicaments ayant une action muqueuse toxique

Ces médicaments ont une action toxique sur l'ensemble des muqueuses dont celle de l' oesophage, et ce, quelque soient leur voie d'administration.

Parmi les molécules responsables, on retrouve les anticancéreux, l'isotrétinoïne (Roaccutane®) et le nicorandil (adancor®, Ikorel®)... Les anticancéreux  comme l'isotrétinoïne, altèrent la capacité des cellules à se diviser; or la muqueuse digestive est une muqueuse à renouvellement rapide. Ils retardent aussi la cicatrisation des lésions.

Cas particulier de l'aspirine et des AINS

Aspirine

l'aspirine a une toxicité digestive dose-dépendante. Toutefois  même des doses d'aspirine inférieures à 100 mg provoquaient des lésions de la muqueuse gastro-duodénale La toxicité de l'aspirine à faible dose résulte d'au moins trois mécanismes :

  • a) l'inhibition de la synthèse des prostaglandines dans la muqueuse digestive et ses conséquences néfastes sur les mécanismes de défense,
  • b) l'effet irritant local lié aux propriétés physico-chimiques de l'aspirine se traduisant par une rupture de la barrière muqueuse et une rétrodiffusion des ions H +,
  • c) l'effet anti-agrégant plaquettaire favorisant le saignement de lésions préexistantes ou de lésions induites par les mécanismes précédents.

AINS

La toxicité digestive des AINS est particulièrement préoccupante, puisqu'elle place ces médicaments au premier rang de la pathologie iatrogène. Les anti-inflammatoires non stéroïdiens ont une toxicité sur la muqueuse gastrique par inhibition de la synthèse des prostaglandines, mais aussi par effet caustique direct.

Mesures hygiéno-diététiques

Pour éviter ce phénomène il est conseillé de:

  • Avaler ses médicaments avec une grande quantité d'eau
  • Ne pas s'allonger dans la demi-heure qui suit la prise de médicament
  • Respecter les recommandations de prise (avant le repas, en mangeant, juste après un repas...)
  • Ne pas associer plusieurs molécules toxiques pour l'estomac. Attention à l'automédication.
  • Mangez du chou: La S méthionine contenue dans le chou (autrefois appelée vitamine U) calme les douleurs gastriques. A utiliser avec modération si vous êtes sous anticoagulant
  • Agrémentez vos plat avec de la Coriandre (Coriandrum sativum) qui a des propriétés protectrices sur l'estomac

Protecteurs gastriques

Certains médicaments peuvent protéger votre estomac des effets toxiques des autres molécules.

Du simple pansement gastrique à l'inhibiteur de la pompe à proton, en passant par la prémédication avant chimiothérapie, plusieurs solutions peuvent vous être proposées par votre médecin.  

N'hésitez pas à consulter dès les premiers symptômes.

Les solutions naturelles

Homéopathie

L'idéal est de consulter un médecin homéopathe afin qu'il vous prescrive un traitement spécifiquement adapté à votre cas.

En attendant la consultation, Gastrocynésine est une alternative intéressante.

Phytothérapie

Réglisse (Glycyrrhiza glabra) La réglisse est une plante connue depuis l'antiquité pour ses propriétés digestives. Elle se prend en infusion ou en extraits fluides. Attention toutefois à ne pas l'utiliser de façon trop prolongée en raison du risque d'intoxication à la réglisse.

Aloe vera: L'aloe vera protège la muqueuse gastrique. Prendre en fin de repas une c à café de jus d’Aloe vera dans une boisson.

Mauve (Malva sylvestris) La mauve agit comme un anti-ulcéreux et un calmant antispasmodique comme la Matricaire (Matricaria chamomilla) la Passiflore (Passiflora incarnata) et la Camomille romaine (Anthemis nobilis).

Gemmothérapie

Bourgeons de figuier Ficus carica Bourgeons MG 1DH est un remède efficace pour calmer les gastrites. Il se prend à raison de 50 à 100 gouttes par jour pour un adulte.

Partager ce contenu

NEWSLETTER

J'accepte que les informations saisies soient utilisées dans le cadre de ma demande et de la relation commerciale qui peut en découler. Vous référer à la politique de confidentialité en cliquant Ici