Recherche dans le blog

Catégories

Lombalgies, mal de dos

Publié le : 08/12/2017 10:58:35
Catégories : Douleur

> Qu'est-ce que la lombalgie?

> Épidémiologie du mal de dos

> Symptômes du mal de dos

> Les causes de lombalgies

> Les facteurs de risque

> Complications des lombalgies

> Que faire en cas de lombalgies?

> Comment éviter la lombalgie?

> Exercices pour éviter les lombalgies

> Traitement non médicamenteux

> Traitement oral

> Traitement local

> Compléments alimentaires

> Homéopathie

> Phytothérapie

> Aromathérapie

> Quand faut-il consulter un médecin?

> Liens utiles

Qu'est-ce que la lombalgie?

La lombalgie est une douleur de la région lombaire : le mal au bas du dos appelé parfois "mal aux reins". C'est une affection très fréquente, puisque plus de 90% des adultes souffrent ou souffriront un jour de leur dos.

  • Dans 10% des cas, elle peut être révélatrice d'une affection extra rachidienne ou rachidienne grave (tumorale, vasculaire, infectieuse ou inflammatoire). Les douleurs lombaires peuvent être dues aussi aux coliques néphrétiques, aux affections gynécologiques, nerveuses ou intestinales.
  • Dans 90% des cas, la lombalgie est dite "commune" ou non spécifique

Épidémiologie du mal de dos

En France, les douleurs lombaires (lombalgies) les plus fréquentes sont des affections rhumatismales. Les lombalgies chroniques peuvent être reconnues, sous certaines conditions, comme des maladies professionnelles.

70 à 85% de la population souffre d'une lombalgie au moins une fois dans la vie 7% des lombalgies deviennent chroniques

75% des coûts d'indemnisation pour lombalgie sont dus aux formes chroniques

Symptômes du mal de dos

Ils sont très variables d'une personne à l'autre. En voici quelques exemples :

  • Début brutal, avec sensation  de contraction des muscles dorsaux subite et intense : cela peut évoquer une entorse ligamentaire, le déplacement ou la rupture d’un disque intervertébral, ou, plus rarement, une lésion musculaire. Pour rappel, les disques intervertébraux sont composés  de deux parties : un anneau fibreux dense (annulus fibrosus) et un noyau central gélatineux (nucleus pulposus). Les lésions des disques cicatrisent difficilement, mais une hernie discale peut disparaitre progressivement en quelques mois.
  • Douleurs maximale le matin et s’atténuant avec les mouvements et les étirements : on peut penser à un traumatisme musculaire ou à une arthrose (mais l’importance des signes radiographiques d’arthrose n’est généralement pas du tout corrélée avec l’intensité des symptômes).
  • Douleur descendante le long de l’arrière d’une ou des deux jambes : ce signe est fortement évocateur d’une sciatique (lombosciatique) ; si le trajet de la douleur passe devant la cuisse, il s’agit plus probablement d’une cruralgie (lombocruralgie). On peut aussi penser à une hernie discale. Dans tout ces cas, la douleur est exacerbée par la toux, l’éternuement ou un effort.
  • Douleur plus intense la nuit dans la partie inférieure du dos : évocatrice de l’existence d’un processus inflammatoire ou d’une tumeur (primitive ou métastase)

Les causes de lombalgies

On distingue principalement 2 types de lombalgies :

  • Les lombalgies communes : résultant le plus souvent de la répétition de microtraumatismes ou d’une cause dite dégénérative (arthrose) ; mais dans beaucoup de cas, l’origine précise demeure inconnue. Ce sont et de loin les plus nombreuses (80 à 90 % des cas), mais dans près d’un cas sur deux leur cause reste imprécise.
  • Les lombalgies symptomatiques : révélatrices de pathologies structurales (scoliose évoluée…), inflammatoires, infectieuses, tumorales…

 

Causes les plus fréquentes :

  • Lésion d’un muscle , d’un tendon ou d’un ligament
  • Atteinte discale : l’élasticité des disques intervertébraux diminue avec l’âge. La baisse est très marquée à partir de 60 ans, mais parfois dès la quarantaine chez certains sportifs.
  • Hernie discale : celle-ci est souvent en rapport avec de mauvaises postures, un surpoids ou une grossesse
  • Arthrose, arthrite, ostéoporose : il faut savoir penser à l’éventualité d’un rhumatisme inflammatoire, et au premier chef à la spondylarthrite ankylosante
  • Grossesse : les femmes enceintes doivent supporter un poids supplémentaire d’une dizaine de kilos, à un moment où les hormones féminines (surtout la progestérone) induisent un relâchement des tissus musculaires

Les facteurs de risque

  • Le manque d’entrainement physique ou le surentraînement avec des activités physiques mal choisies.
  • Les contractures musculaires mal prises en charge ou négligées.
  • Le surpoids.
  • Les mauvaises postures au travail, en voiture, pendant le sommeil.
  • Le port de chaussures à talons hauts.
  • Le tabagisme
  • Le stress prolongé. Des émotions refoulées ou une situation de travail insatisfaisante contribuent aux douleurs lombaires.
  • Les déformations vertébrales congénitales ou acquises, les pathologies des disques intervertébraux, des ligaments
  • l'arthrose
  • La grossesse
  • L'ostéoporose

Complications des lombalgies

Le plus souvent, les douleurs dorsales sont bénignes et disparaissent spontanément en quelques jours ou en quelques semaines dans 50% des cas et en moins d'un mois dans 90% des cas.

Le traitement symptomatique avec une antalgie suffisante est indispensable afin de ne pas réduire les mouvements par crainte de la douleur. En effet, les conduites d'évitement font partie des facteurs favorisant l'évolution vers une lombalgie chronique

Certaines causes de douleurs dorsales peuvent toutefois entraîner de graves complications: paralysie due à une hernie discale ou à des métatarses, déformation de la colonne en cas d'ostéoporose, etc...

Que faire en cas de lombalgies?

  • Se reposer uniquement si la douleur est trop forte. Contrairement à une idée reçue, le repos, allongé doit être le plus court possible (maxi 48 heures). il est primordial de marcher et d'effectuer les tâches quotidiennes normalement
  • Reprendre rapidement mais progressivement une activité tels des exercices d'endurance (marche, bicyclette, natation) et des exercices de renforcement du rachis que vous apprendrez avec votre kinésithérapeute.
  • Si les muscles sont contractés, une thermothérapie (application d'un gel chauffant, d'une bouillotte chaude, de ceinture chauffante ou de patchs chauffants, ainsi que des massages par un kinésithérapeute vous soulageront.

Actipoche, Compresse de lin cryo/thermo universelle, Coussin noyau de cerise Cervico®, DOLPIC, Géo® Pack chaud/froid réutilisable, Nexcare® Coldhot, Aroma® Patchs, Elastoplast® patchs, Nexcare® Patchs chauffants, Syntholkiné® patchs chauffants, Thermacare®, URGO® Patch chauffant, VoltaCare® Patchs chauffants...

Comment éviter la lombalgie?

Adopter les bonnes postures au travail

  • Choisir un siège ferme, pas trop profond, à dossier droit
  • Il doit être réglé de façon à ce que les avant-bras forment un angle droit avec les bras, les pieds reposent sur le sol ou un appui pied avec les hanches et les genoux en angle droit et que les fesses soient en arrière sur le siège afin d'avoir le dos bien soutenu.
  • Le siège doit être pivotant pour éviter les torsions du dos.
  • Il est conseillé de changer de position toutes les heures
  • La distance optimale entre les yeux et l'écran d'ordinateur est de 40 à 70cm. Le regard doit être horizontal ou dirigé vers le bas.
  • Si le travail nécessite d'être debout, s'appuyer contre un mur pour repositionner le dos et garder cette position en s'éloignant du mur.
  • Lors du port d'une charge lourde se rapprocher de la charge, si possible, encadrez l'objet à porter avec vos pieds. Fléchir les genoux sans courber le dos, contracter les muscles abdominaux et soulever la charge en la rapprochant du corps. Appliquer les mêmes recommandations pour poser la charge au sol.

En voiture

Pour entrer et sortir de voiture, faire pivoter le bassin et les jambes jointes en même temps afin d'éviter les torsions. Ne pas se coller au volant. Redresser le dossier, se caler dans le fond du siège. Le dossier doit être le plus vertical possible et le siège très ferme. Faire des pauses toutes les deux heures en effectuant quelques pas voire des étirements.

A la maison

Pour se lever; ne pas sortir de son lit brusquement le matin. Laisser le temps aux muscles de se réveiller en s'étirant, puis se placer au bord du lit, couché sur le côté, et se redresser en s'appuyant sur le coude puis la main. Ensuite, faire pivoter les jambes pour s'asseoir. De la position assise, levez-vous de façon symétrique sans à-coups. Pour se coucher: effectuez les manœuvres inverses. Dormir de préférence sur le côté, avec un coussin entre les genoux. Éviter de vous coucher sur le ventre. S'étirer avant toute activité physique. Pour effectuer les tâches ménagères qui nécessitent de se baisser (faire le lit...), ne pas se courber mais s'agenouiller. S’asseoir pour enfiler ses chaussures, des chaussettes ou des collants. Monter l'escalier en se penchant légèrement en avant pour mieux répartir son poids. Devant un évier ou un lavabo trop bas, utiliser une chaise réglable ou abaisser votre bassin en pliant ou en écartant les jambes. Dans les positions penchées (brossage de dents, toilettes), rechercher toujours un appui d'une main ou d'un coude pour réduire les contraintes au niveau de votre dos. 

Sommeil

Utiliser un Oreiller anatomique qui permet à votre colonne vertébrale de rester droite pendant votre sommeil . Préférer un matelas ferme à un matelas souple. Une literie trop molle est un facteur trop souvent sous-estimé.  

Autres conseils

Privilégier les sacs à dos aux sacs à main, et utiliser les deux épaules pour porter le sac à dos. Pousser les objets lourds plutôt que les tirer.

Éviter de porter des chaussures à talons hauts (plus de 5 cm). Porter plutôt des chaussures bien ajustées, qui offrent un bon soutien (chaussures de confort)

Normaliser son poids afin de soulager son dos Pratiquer régulièrement une activité sportive adéquate: natation, musculation, gymnastique...

Arrêter de fumer car le tabagisme prédispose à l'ostéoporose

Exercices pour éviter les lombalgies

Des exercices doux permettent de détendre le dos et d'éviter certaines contractures responsables de douleurs lombaires. Pour bien réaliser ces exercices, l'idéal est de se faire accompagner par un kinésithérapeute

"Tous droits réservés à www.lecoledudos.org. "

Traitement non médicamenteux

Ceinture de soutien lombaire

Les ceintures de soutien lombaire soulagent:

  • les lombalgies aiguës (sciatiques, lumbago...) grâce au soutien qu'elles assurent. Il faut alors la porter en continu toute la journée mais sur une période courte
  • les lombalgies chroniques; Il faut alors mettre sa ceinture de façon intermittente, en prévention avant de porter des charges lourdes ou de faire une activité à risque (jardinage, moto...).

La ceinture évite de plus les postures inadaptées. Porter une ceinture lombaire ne présente aucun inconvénient et ne peut apporter que des avantages, et, contrairement à des idées reçues, une ceinture n’affaiblit pas les muscles du dos ; ce serait même d’ailleurs le contraire.

On peut porter une ceinture jusqu’à la disparition d’une lombalgie et même au-delà pour éviter une récidive. Le port d’une ceinture peut être largement conseillé dans le cadre de la pratique de nombreux sports, comme, par exemple, le ski, le vélo et la musculation. Tout spécialement chez les sujets qui commencent à pratiquer et qui manquent donc d’entrainement et surtout après 50 ans, soit à titre préventif, soit naturellement, chez les personnes qui ont déjà eu mal au dos.

Les ceintures peuvent se révéler également utiles chez les personnes souffrant de fractures vertébrales ostéoporotiques. Naturellement, un avis médical s’impose, car l’indication et le type de ceinture dépendent de l’importance des « tassements » et des déformations associées (scoliose ou cyphose) retentissant plus ou moins sur la statique générale. Il peut être nécessaire de recourir à des ceintures rigides, voire à un corset, qui peuvent présenter aussi l’avantage supplémentaire d’améliorer l’équilibre de ces personnes et ainsi de diminuer le risque de chute.

Comment poser sa ceinture lombaire?

Ceinture Dorsalibre Velpeau®, Ceinture Lombogib®, Modulomb ceinture de soutien lombaire Velpeau®... Il existe des ceintures adaptées à la grossesse: Ceinture Obstemix®...  

Rééducation

Il a été montré que l’inactivité physique (longtemps prônée !) a des conséquences néfastes dans les lombalgies, car elle peut entraîner un phénomène complexe appelé « déconditionnement ». Celui-ci est caractérisé par une perte de force et d’endurance, ainsi que par des symptômes anxieux voire même dépressifs (liés à la perte des repères sociaux et de l’estime de soi).

Anatomiquement, l’inactivité physique engendre une modification de l’activité musculaire chez le lombalgique chronique : renforcement des muscles abdominaux, fatigabilité des extenseurs, anomalies dans le fonctionnement des muscles lombaires, fessiers et ischio-jambiers (muscles de la cuisse permettant la flexion du genou).

A l’inverse, de nombreuses études ont fait la preuve que certains exercices sont efficaces sur la douleur et l’incapacité. On peut citer l’intérêt de la pratique de certains exercices et postures qui induisent des réflexes anti contractures (interrompant ainsi le phénomène d’auto entretien des contractures, une boucle neurologique s’installant au niveau de la moelle épinière), totalement dénuées de risque, qui améliorent l’équilibre du tronc, et donc diminuent le risque de chute chez les personnes âgées.

Exercices

Les exercices supervisés par un professionnel de santé sont d’ailleurs recommandés en traitement de première intention des lombalgies chroniques.

Thermothérapie

La thermothérapie permet d'envelopper la douleur et de réduire l'incapacité au cours des lombalgies débutantes (em-consulte/article/137199)

  • Le port de ceintures chauffantes est intéressant Gamme Thermotherapy de Gibaud®, Compresse de lin cryo/thermo universelle, Coussin noyau de cerise Cervico®, Géo® Pack chaud/froid réutilisable...

 

Talonnettes ou semelles

Le port de talonnettes ou de semelles amortissantes en silicone permet de soulager certaines lombalgies, le silicone souple permettant la répartition des pressions et l'absorption des chocs Talonnettes et semelles PEDIPRO®...

Traitement oral

Antalgiques

  • Les antalgiques sont classés selon les différents paliers de l'OMS. Ces médicaments sont prescrits sur une durée de 7 jours, mais si les douleurs disparaissent rapidement, il est possible d'interrompre le traitement avant.
  • Les co antalgiques (antiépileptiques, antidépresseurs) sont réservés aux lombalgies chroniques.
  • Les infiltrations péridurales de dérivés corticoïdes (hydrocortancyl) peuvent être proposées lors des poussées avec sciatique ou cruralgies.

Myorelaxants

Les benzodiazépines : tétrazepam (Myolastan®) permettent de lever la contracture des muscles para vertébraux, autre composante importante de la douleur au cours du lumbago. Le tétrazépam est surtout intéressant si la lombalgie a une composante anxieuse Ces molécules étant aussi sédatives et hypnotiques, il est impératif de prendre de médicament au coucher. Effets indésirables: risque de dépendance (le traitement doit être le plus bref possible). Contre-indication: Insuffisance respiratoire sévère ou syndrome d'apnée du sommeil.  

Antidépresseurs

Les antidépresseurs tricycliques de par leur action antalgique ont surtout une place en cas de lomboradiculalgie chronique, mais sont parfois prescrits pour la lombalgie chronique, lorsqu'il y a un syndrome dépressif associé.

Traitement local

Gels antalgiques à effet froid

Ces gels provoquent une diminution de l'œdème par un effet vasoconstrictif. Le froid provoque aussi un ralentissement de la vitesse de conduction des fibres nerveuses, d'où leur effet anesthésiant.Le menthol est utilisé pour sa capacité à stimuler les terminaisons nerveuses de la peau sensibles au froid et ainsi créer une sensation de fraîcheur. Précautions d'emploi : ces gels sont contre indiqués en cas de syndrome de Raynaud, de neuropathie, de grossesse, d'allaitement et chez l'enfant de moins de 30 mois. Ne pas appliquer sur une peau lésée, ni mettre au contact des yeux et des muqueuses

Biofrezze®, Syntholkiné gel cryo,..  

Gels chauffants

Ces gels sont composés essentiellement de révulsifs à base d'HE Girofle, de camphre, de dérivé de moutarde, de capsaïcine (issu du piment)... Ils augmentent le flux sanguin au niveau de la peau d'où un effet chauffant. La chaleur stimule la circulation sanguine et donc améliore le métabolisme musculaire (détoxication). Ces gels sont souvent associés à des molécules comme les salicylés anti-inflammatoires dans certaines spécialités. Précautions d'emploi : Ne pas utiliser chez l'enfant (risque convulsif à haute dose). Déconseillé en cas de grossesse ou d'allaitement. A utiliser avec prudence en raison du risque d'hypersensibilisation. Ne pas utiliser en cas de plaie, en pansement occlusif, sur une surface étendue ni avant une exposition au soleil.

Baume Saint-Bernard®, Baume Aroma®, Lumbalgine®, Inongan®, Dolpic®...  

Anti-inflammatoires locaux

Ibuprofène, diclofénac en gel ou en patch. Préférer les patchs car l'effet antalgique des gels est modeste et fugace. Précautions d'emploi : Ne pas utiliser en cas de grossesse ou d'allaitement. Ne pas appliquer sur une peau lésée ou sur des muqueuses, ni sous pansement occlusif. Appliquer en massage doux et prolongé. Ne pas exposer la zone traitée au soleil pendant le traitement et jusqu'à deux semaines après la fin du traitement (risque de photosensibilisation). Astuce ajouter 2 gouttes d'Huile essentielle de Gaulthérie au gel pour renforcer l'effet anti-inflammatoire et antalgique. Ne pas utiliser d'huile essentielle de Gaulthérie en cas de grossesse, d'allaitement ni si vous êtes sous traitement anticoagulant.

VoltarenActigo®, Nurofen gel®, Advilgel®...  

Idrocilamide

Cette molécule possède des propriétés anti-inflammatoires et myorelaxantes. Elle est intéressante comme traitement d'appoint des lombalgies aiguës.

Srilane®

Compléments alimentaires

Les compléments alimentaires spécialement conçu pour améliorer les douleurs articulaires, renferment principalement:

  • des extraits de plantes (harpagophytum, ortie, prêle...)
  • des minéraux (zinc, silicium...)

A prendre en cure de 3 mois minimum pour plus d'efficacité.

A40 Articulation®, Dolorès®, Elusanes® articulation, Ostéophytum®, Phytalgic®, Novalgic®....

Homéopathie

Dans tous les cas

  • Rhus tox composé 3 granules 5 à 6/jour, ou
  • Arnica montana, Rhus toxicodendron, Ruta graveolens en alternance toutes les heures
  • Appliquer localement sur la région douloureuse: Arnigel® , Bio Arnica Gel® , Arni Stick®. Astuce ajouter 2 gouttes d'Huile essentielle de Gaulthérie au gel pour renforcer l'effet anti-inflammatoire et antalgique (uniquement en l'absence de grossesse, d'allaitement et de traitement anticoagulant).

Traitement spécifique en fonction des symptômes

Associer un ou plusieurs traitements en fonction des symptômes. Sucer 3 granules 3 à 5 fois/jour en 7 CH

  • Douleurs au niveau des vertèbres cervicalesRhus toxicodendron, Lachnantes 
  • Provoqué par un mouvement ou une chute, sensation d’avoir reçu un choc. Sensation de courbatures généralisées:  Arnica 
  • Sensation de raideur, amélioration par le mouvement lent. Aggravation au repos: Rhus toxicodendron
  • Sensation de raideur musculaire, crampes, spasmes: Angustura vera 
  • Douleur avec difficulté à se tourner, sensation de tiraillement déchirure: Nux vomica
  • Amélioration au repos absolu et aggravation au mouvement: Bryonia
  • En cas de douleurs dorsales ou lombo-sacrées aggravées par la flexion et améliorées par l'extension: Dioscorea villosa
  • En cas de torticolis ou de dorsalgies, surtout les quatre premières vertèbres dorsales, et en cas de cervico-dorsalgies: Actaea racemosa
  • Belladonna: douleurs violentes d'apparition et de disparition soudaine. Rigidité musculaire. Sensation que le dos va se briser
  • Lombalgies essentiellement après un rapport sexuel chez l'homme ou pendant les règles chez la femme, avec asthénie, hyperémotif, fuit les contacts humains: Natrum muriaticum
  • Sciatiques. Si les douleurs sont aggravées en position assise: Ammonium muriaticum

 

Drainage homéopathique

Disques lombaires D8, Nerf sciatique D8, en cas de sciatique Prendre une ampoule par jour ou un jour sur deux à prendre en sublingual en alternance

Phytothérapie

Les plantes à visée anti-inflammatoire et à action anti-déminéralisante sont intéressantes en cas de lombalgies. Chez le sujet jeune, on privilégiera les plantes anti-inflammatoires, chez le sujet plus âgé, il est intéressant de lui associer des plantes reminéralisantes pour traiter la lombalgie en profondeur.Ces plantes peuvent être associées aux médicaments classiques (à l'exception de l'écorce de saule qui nécessite un avis médical avant utilisation). Associer un ou plusieurs traitements pour une action optimale

Plantes reminéralisantes

Les plantes reminéralisantes sont intéressantes en cas de choc, de traumatisme ou d'efforts excessifs. L'effet est maximal par cure de 3 mois

Ortie

Extrait sec d'ortie (Urtica dioïca): les parties aériennes d'ortie sont riches en calcium et en silicates. Elles sont employées depuis longtemps comme diurétique et contre les douleurs articulaires ou rhumatismales par voie externe, mais aussi par voie interne. Cette plante provoquerait une inhibition partielle de la 5-lipoxygénase, de la cyclo-oxygénase, une inhibition de la synthèse du leucotriène B4 et des prostaglandines, inhibition des cytokines des lymphocytes T; médiateurs de la douleur et du processus inflammatoire. Cette plante a une action pouvant empêcher cette cascade inflammatoire dans les maladies auto-immunes... Infuser 4g/tasse pendant 10 mn; prendre 3 à 4 tasses/jour, ou prendre de l'ortie en gélules.

Prèle

Prêle (Equisetum arvense). Les parties aériennes stériles de la prêle ont un effet reminéralisant et trophique. La prêle a une teneur élevée en silice (5 à 10% de la plante sèche). La silice joue un rôle important dans le maintien et le renouvèlement du tissu conjonctif (synthèse du collagène). Elle favoriserait l'absorption métabolique du calcium.

  • 2 gélules à 400 mg le matin, ou
  • Prendre 2 à 3 g de plante/j (poudre, extrait liquide, extrait sec).

L'effet est maximal en cure de 3 mois.

Lithotame

Le lithotame: algue de mer qui cristallise sur son thalle les éléments minéraux marins, principalement le calcium ( contient 25 à 30% de calcium sous forme de carbonate), mais aussi le magnésium et le fer. Prendre 3g/j.Elle est connue pour ses propriétés reminéralisantes et antirhumatismales, lutte contre l'acidité produite en excès par le corps qui constitue un terrain favorable aux douleurs articulaires. L'association à la prêle est possible. Attention de par sa richesse en iode, cette plante est déconseillée en cas d'hyperthyroïdie. Basidol Arkogélules®

Bambou

Le Bambou (Phyllostachys aurea). La tige de bambou a une haute teneur en silice naturelle (entre 60 et 70%). Le silicium est un des composés les plus importants des tissus conjonctifs. Il est impliqué dans la fixation du Calcium, la synthèse du collagène et des protéoglycannes, ainsi que dans la formation des os. Il possède aussi une action anti-inflammatoire. Cette plante contribue au confort des articulations et aide à prévenir la dégénérescence du cartilage. Bambou Elusanes

Traiter la lombalgie par phytothérapie »

Plantes anti-inflammatoires

Harpagophytum

La racine de cette plante est encore appelée "griffe du diable". Elle est riche en harpagoside procumbide, puissant anti-inflammatoire et analgésique. Elle est traditionnellement utilisée dans le traitement symptomatique des manifestations articulaires douloureuses mineures, qu'elles soient d'origine rhumatismale, arthrosique ou traumatique. Elle est contre indiquée en cas de grossesse, d'allaitement et d'ulcère gastoduodénal, elle peut provoquer des troubles gastro-intestinaux. Ne pas associer aux médicaments anti-inflammatoires. Pour un soulagement des douleurs musculo-squelettiques et les arthralgies les cures doivent se prolonger 3 semaines en moyenne au minimum. Une prise sur plusieurs mois est possible. En période de crise, il est possible de prendre 6 gélules par jour. Harpadol® Arkogélules

Reine des prés

La reine des prés (Spiraea ulmaria) est encore appelée "aspirine végétale" Posologie: 1 cuillerée à café d'extrait fluide pour une action anti-inflammatoire de fond; surtout pour les rhumatismes aggravés par l'humidité. Ne pas associer aux médicaments anti-inflammatoires

Saule

l'écorce de saule est une plante anti-inflammatoire. Attention le saule, dérivé salicylé, est contre indiqué en cas d'ulcère duodénum, chez la femme enceinte et en cas d'allaitement. Ne pas associer aux médicaments anti-inflammatoires

Cassis (feuilles)

Les feuilles de cassis sont riches en flavonoïdes et en vitamines C et P. Elle possède une action anti-inflammatoire couplée à une action diurétique qui favorise l'élimination des déchets de l'organisme (acide urique, acide lactique, toxines...). Elle peut être utilisée contre la goutte, mais aussi en cas d'affections rhumatismales.

Scrofulaire

Scrofularia nodosa Teinture mère Cette plante a des propriétés anti-inflammatoires. Elle est utilisée aussi pour atténuer les douleurs rhumatismales et l'arthrose. Par principe de précaution, la scrolufaire est déconseillée pendant la grossesse et l'allaitement, chez les enfants et en cas d'ulcère gastro-duodénal. Contre-indication: Association avec la warfarine et les anti-arythmiques. Contre indiquée en cas d'insuffisance cardiaque.

Traiter la lombalgie par phytothérapie »

Baume chauffant

  • Baume Thermogène® aux extraits végétaux naturels. Active la micro-circulation et provoque une sensation immédiate d'échauffement grâce aux composants actifs du piment (capsicum). Prépare le muscle à l'effort et apaise les sensations douloureuses des articulations
  • Végébaum® 1 à 2 applications par jour

Traiter la lombalgie par phytothérapie »

Aromathérapie

Précautions préalables avant d’utiliser les huiles essentielles:

Avant d’utiliser pour la première fois une ou plusieurs huiles essentielles, il faut dépister une intolérance ou une allergie. Avant d’appliquer une HE sur la peau, et principalement quand il s’agit d’un enfant, faire un test: sur la face interne de l’avant bras, appliquer quelques gouttes du mélange avant de l’utiliser. En cas d’allergie ou d’intolérance, apparaîtront rapidement rougeur et démangeaisons. Dans ce cas, ne pas faire le traitement. Eviter toute exposition solaire dans les 3 heures qui suivent l’application d’une ou de plusieurs huiles essentielles sur la peau. Contre indiqué chez les enfants de moins de 12 ans, déconseillé pendant la grossesse et l’allaitement

Les huiles essentielles

Huile essentielle de Gaulthérie

Huile essentielle de Gaulthérie ou thé du Canada ou thé de bois ou Wintergreen Par sa richesse en salicylate de méthyle, cette huile essentielle a des propriété similaires à celle de l'Aspirine. Elle est anti-inflammatoire et vasodilatatrice, et son action chauffante et révulsive en fait une huile essentielle de choix en cas de lombalgies. A appliquer par voie externe uniquement, en prenant soin de la diluer dans une huile végétale car cette huile essentielle est dermocaustique à l'état pur. On conseille de la diluer de préférence dans de l'huile végétale d'Arnica ou de mettre 1 à 2 gouttes dans une noisette d'Arnigel® pour renforcer son action anti-inflammatoire et analgésique sans dépasser 8 gouttes par jour. Contre indication: Traitement par anticoagulant (antivitamine K ou salicylés) en raison du risque hémorragique. Cette huile a une action synergique si elle est associée à l'huile essentielle d'hélichryse.

Huile essentielle d'eucalyptus citronné

HE Eucalyptus citronné Cette huile essentielle très douce à odeur forte de citronnelle contient plus de 70% de citronnelal. Elle est anti-inflammatoire antalgique et antirhumatismale puissante. Elle est aussi apaisante cutanée, calmante, sédative, hypotensive et antispasmodique. Elle est fongicide et repousse les moustiques. Elle peut être utilisée seule ou incorporée dans une crème anti-inflammatoire (type Voltarène®) à raison de 2 gouttes par dose de gel, sans dépasser 8 gouttes par jour. Cette huile essentielle est intéressante en cas de contre indication à l'huile essentielle de Gaulthérie.

Huile essentielle d'immortelle

HE Immortelle (Hélichrysum italicumssp serotinum) Cette huile essentielle très rare possède des vertus exceptionnelles:  anti hématome et anti-inflammatoire, décongestionnante veineuse. Elle peut être utilisée diluée à 30% dans une huile végétale ou dans une crème anti-inflammatoire (type Voltarène®) à raison de 2 gouttes par dose de gel, sans dépasser 8 gouttes par jour. Précautions d'emploi: Pas d'utilisation prolongée et par voie orale sans avis médical en raison de la présence de cétones. 

Formule aux huiles essentielles contre la lombalgie

  • HE Laurier noble :1 goutte
  • HE Menthe: 1 goutte
  • HE Eucalyptus citronné : 2 gouttes
  • Huile essentielle de romarin: 1 goutte

Mettre ce mélange dans de l' huile végétale de massage et masser localement 2/jour  

Les prêts à l'emploi

Gels de massage

Le gel Ostéoroma® est fortement concentré en huiles essentielles biologiques* de genévrier, gaulthérie, petit grain combava, menthe, verveine exotique, thym, térébenthine. Ces huiles essentielles sont traditionnellement utilisées pour leurs actions anti-inflammatoire, anti-douleur et relaxante musculaire. Le gel Ostéoroma® est enrichi en extraits végétaux d’origine naturelle d’Harpagophytum, de Cassis et d’Huile végétale de calophylle aux propriétés anti-inflammatoires et antirhumatismales, reconnues pour soulager les douleurs des muscles ou articulations raidies

Huiles de massage

Ces huiles de massage contiennent des huiles essentielles de Ravintsara, de Petit grain bigaradier, de Lavandin super, de Menthe des champs, de Gaulthérie, d'Armoise herbe blanche, d'Eucalyptus citronné, de Camomille romaine, de Laurier noble... Leur application en massage soulage les contractures musculaires, contribue à améliorer la mobilité et la qualité de sommeil.

HUILE DE MASSAGE DETENTE DU DOS ET DE LA NUQUE Kine+4...

Bain spécial articulations

Ces bains aromatiques ont des vertus anti-inflammatoires, antalgiques, anti-raideur et anti gonflement. Ils sont apaisants et décontracturants. Conseils d'utilisation: Verser 1 à 2 bouchons dans la baignoire déjà remplie. Agiter pour bien répartir. Peut s'utiliser en bain de pieds ou sous la douche (1 bouchon). Ne pas verser dans la baignoire vide en raison de la teneur élevée en huiles essentielles. Une fois le bain terminé, ne pas se rincer. Précautions d'emploi: Ne pas appliquer pur sur le visage et les muqueuses (entrejambe). Déconseillé aux enfants de moins de 7 ans, aux femmes enceintes ou allaitantes.

Puressentiel® articulations bain ...

Quand faut-il consulter?

  • Avant 20 ans ou après 55 ans pour un premier épisode de lombalgie
  • Pour la prescription de médicaments qui soulageront la douleur, la prescription d'une ceinture lombaire et/ou de séances de kinésithérapie.
  • Si la douleur persiste au delà de 4 à 7 jours de traitement.
  • Signes d'infection: Si la lombalgie est associée à de la fièvre et ou à des frissons (Il faut rechercher une infection urinaire, risque de pyélonéphrite). Si troubles gynécologiques et ou intestinaux associés avec ou sans douleurs abdominales
  • Si les douleurs irradient dans une jambe ou dans les deux (sciatique ou cruralgie, hernie discale); si les douleurs causent une faiblesse, un engourdissement ou un fourmillement dans une jambe ou dans les deux;
  • Si les douleurs sont la conséquence d’une chute ou d’un coup au dos, ou suite de prise de corticoïdes au long cours
  • Signes de cancer: si les douleurs sont accompagnées d’une perte de poids inexpliquée, antécédent tumoral, signes de compression nerveuse : paresthésies, sciatique, paralysie des sphincters…
  • Signes de pathologie inflammatoire: début progressif avant 40 ans, forte raideur matinale, atteinte des articulations périphériques, signes d'appel cutanés, antécédent familial de spondylarthrite. Si les douleurs sont constantes et intenses, principalement la nuit

Dans ces cas, une consultation médicale s'impose

Liens utiles

Produits associés

Partager ce contenu