Recherche dans le blog

Catégories

Reflux gastro-œsophagien, remontées acides

Publié le : 01/12/2017 09:44:31
Catégories : Digestion

> Qu'est-ce qu'un reflux?

> Signes cliniques d'un RGO

> Les causes des gastralgies

> Complications

> Comment éviter les remontées acides?

> Les médicaments qui abîment l'estomac

> RGO du nourrisson

> Comment traiter un reflux?

> Traiter Hélicobacter Pylori

> Soigner un reflux par oligothérapie

> Soigner un reflux par homéopathie

> Soigner un reflux par phytothérapie

> Soigner un reflux par gemmothérapie

> Soigner un reflux par aromathérapie

> Quand faut-il consulter un médecin?

> Liens utiles

Qu'est-ce qu'un reflux?

Le RGO ou reflux gastro-œsophagien correspond au passage du contenu gastrique vers l'œsophage, en dehors de tout effort de vomissement.

Normalement, le haut de l'estomac est fermé par un muscle très puissant, rond appelé sphincter. Il ne s'ouvre que pour permettre à la nourriture ingurgitée d'entrer dans l'estomac.

En cas de reflux, le sphincter s'ouvre par moments. Le contenu acide de l'estomac remonte alors vers l'œsophage et cause une irritation.

5% des français en souffrent de façon journalière, 30 à 45% au moins une fois par mois, et cette prévalence augmente parallèlement au surpoids et à l'obésité.

Chez l'adulte, un reflux bref et occasionnel n'est pas considéré comme pathologique. Le reflux gastro-œsophagien peut se compliquer, dans 30 à 40% des cas d'une œsophagite, sévère dans 10% des cas.

Méthodes diagnostiques du RGO

  • Endoscopie digestive haute
  • pH-métrie des 24 heures

Signes cliniques d'un RGO

Ce n'est pas toujours évident de reconnaître une hyperacidité gastrique car les manifestations varient d'un individu à un autre.

La sévérité des symptômes dépend notamment de la composition du liquide de reflux, plus ou moins acide, et de la résistance de la muqueuse œsophagienne aux agressions acides.

Si le liquide de reflux parvient au niveau laryngé, on peut observer des symptômes ORL consécutifs à l'irritation laryngée.

Manifestations principalement digestives

Sensation de brulures dans la gorge= Pyrosis (brulure rétro sternale qui irradie de façon ascendante le long de l'œsophage jusque dans la gorge). Régurgitations acides Douleurs ou crampes au creux de l'estomac. Nausées, voire vomissements, éructations, hoquet. Parfois troubles intestinaux.

Manifestations pulmonaires ou ORL

Toux sèche chronique surtout la nuit et le matin (parfois seul signe clinique). Irritation de la gorge permanente. Enrouement, gêne pharyngée (sensation de boule dans la gorge) Apparition ou aggravation de l'asthme. Bronchites persistantes ou infections pulmonaires. Otalgies (douleurs d'oreilles). Possibilité de douleurs thoraciques pseudo-angineuses. "Signe du lacet": déclenchement postural des symptômes (exactement comme l'on se penche pour refaire son lacet de chaussures) Plus rarement, on peut noter une simple fatigue ou une anémie.

RGO, cas particuliers

RGO de l'enfant

Le RGO a été associé à la survenue de laryngites à répétition, de sinusites et de fausses routes

RGO de la grossesse

Très fréquent chez la future maman, le RGO est lié à l'imprégnation hormonale qui diminue la pression sur le cardia par l'utérus gravide. Cette œsophagite disparaît après l'accouchement.

Les mesures hygiéno-diététiques sont la base du traitement. En cas d'échec, il faut privilégier les topiques. Si les topiques ne suffisent pas, il est possible de prendre un IPP. Parmi les IPP, il faut privilégier l'oméprazole en l'absence de données suffisantes avec les autres molécules.

Les causes des gastralgies et/ou facteurs de risques

  • Anomalie du muscle empêchant le contenu acide de l'estomac de refluer vers l'œsophage. Hernie du diaphragme
  • Absorption trop rapide d'aliments peu adaptés (trop acide, trop gras, épicé, ou trop consistant: café, boissons gazeuses, repas riches en graisse...)
  • Surproduction d'acide par l'estomac
  • Augmentation de la pression abdominale (surpoids, grossesse, par exemple)
  • Surconsommation d'alcool et/ou du tabac
  • Prise de médicaments irritants pour l'estomac (aspirine, anti-inflammatoires)
  • Stress
  • Excès de poids, obésité.

Médicaments à éviter en cas de RGO:

Aspirine et dérivés, anti-inflammatoires, chlorure de potassium (Diffu-K®, Kaleorid®), théophylline, inhibiteurs calciques, aliskirène, nicotine, analogues de la GLP-1, teriparatide, substances ayant un effet atropinique.

Les corticoïdes ne sont plus considérés comme nocifs pour l'estomac.

La sensibilité aux molécules semble augmenter avec l'âge.

Plus d'infos sur: Les médicaments qui font mal à l'estomac.

Complications

  • Dans la majorité des cas, les reflux gastro-œsophagiens ne provoquent pas de complications.
  • A force de refluer régulièrement dans l'œsophage, le suc gastrique peut provoquer une inflammation de la paroi de l'œsophage. Cette inflammation peut dans certains cas rétrécir l'œsophage.
  • Chez les personnes fragilisées, le RGO peut pénétrer dans les voies respiratoires et provoquer une pneumonie. Une surproduction d'acide par l'estomac peut favoriser l'apparition d'un ulcère.
  • Un reflux sévère est susceptible d'engendrer un endobrachyœsophage dans de rares cas. Celui-ci peut constituer un état précancéreux susceptible de se développer en adénocarcinome.

Comment éviter les remontées acides

Les règles hygiéno-diététiques sont la base du traitement et suffisent à maîtriser les reflux dans la majorité des cas sans traitement

Conseils diététiques

Fractionnez vos repas

Faire trois repas au moins par jour. Il vaut mieux 5 à 6 petits repas par jour que 3 gros repas.

Aliment à éviter

Éviter les piments, épices fortes (moutarde, paprika, piments oignions, poivre, ail, ciboulette), préférer le persil, cerfeuil, basilic, vanille, cannelle... Éviter de commencer les repas par des crudités, commencer par des pâtes, du riz ou une crème de légumes. Éviter les matières grasses en trop grande quantité; graisses cuites : sauces brunes, fritures, panures; charcuteries très grasses et épicées; le chocolat, le miel, les confitures.... Préférer les viandes et les poissons maigres, les produits laitiers écrémés Éviter les aliments fumés, marinés (choucroute), faisandés, les fromages très fermentés. Éviter les fruits acides (Agrumes: oranges, pamplemousse, citron), aliments acides, conservés dans le vinaigre, tomates. Manger des bananes.

Le saviez-vous?

Les aliments responsables des reflux diffèrent selon les individus.

C'est à chaque personne d'identifier les aliments qui portent préjudice en essayant d'introduire ces aliments (un par semaine) et de voir si les troubles augmentent ou non.

Bien choisir ses boissons

Boire quotidiennement au moins 1 litre de liquide par 24H, répartis en petites quantités tout au long de la journée. Ne pas boire plus de 2 verres au cours du repas, préférer boire en dehors des repas. Privilégiez les eaux bicarbonatées naturellement gazeuses: Donat, St Yorre® , Vichy® Célestins, Arvie®. Eviter les sodas, le café, le thé, les jus d'agrumes, les alcools trop forts, ou en trop grandes quantités Eviter les boissons ou aliments glacés ou très chauds

Aliments à préférer

Préférer les aliments solides plutôt que les aliments liquides ou semi liquides (purée par exemple) surtout le soir.

Règles de vie

  • Prendre les repas assis, dans le calme, à heures régulières. Canaliser votre stress (activité sportive, relaxation...)
  • Manger lentement, bien mastiquer et éviter de prendre des repas trop copieux.
  • Ne pas se coucher juste après un repas (attendre au moins 3 heures), surélever légèrement la tête du lit de 10 à 15 cm.
  • Éviter de fumer. Le tabagisme joue un rôle déterminant dans le développement des ulcères gastro-duodénaux et dans la survenue de la pancréatite aiguë, indépendamment de la consommation d'alcool. La pollution favorise aussi l'hypersécrétion acide de l'estomac.
  • Maintenir une bonne activité physique (multiplier vos occasions de marche)
  • Réduire la surcharge pondérale avec un régime pauvre en graisses ce qui a un double intérêt (réduire le poids et améliorer la vidange gastrique)

Détendez-vous!

Le stress contracte vos muscles, y compris ceux de votre estomac.

Maîtriser votre stress (activité sportive, relaxation)

  • La grossesse peut engendrer des remontées acides dans l'œsophage qui disparaissent après l'accouchement.
  • Réduire l'hyperpression abdominale. Éviter le port de vêtements trop serrés ou de ceintures trop serrées, une mauvaise position au travail (éviter de se pencher vers l'avant de façon prolongée : jardinage, ménage etc..) qui peuvent favoriser les remontées acides. Éviter le port de charges trop lourdes
  • Évitez certains médicaments favorisent la sécrétion acide de l'estomac. Plus d'infos sur: Les médicaments qui font mal à l'estomac

Soigner un reflux par oligothérapie

Pour éviter les récidives

Oligosol® Manganèse Cobalt 1 ampoule chaque matin à prendre en sublingual.

Soigner les reflux par homéopathie

L'homéopathie est une aide précieuse dans cette indication. Pour un maximum d'efficacité, il est recommandé de consulter un médecin homéopathe.

En attendant la consultation, prendre le plus rapidement possible: Gastrocynésine (Abies nigra 4 CH, Carbo vegetabilis 4 CH, Nux vomica 4 CH, Robinia pseudo-acacia 4 CH). Comprimés à sucer lentement

Pendant la grossesse

Associer aux mesures hygiéno-diététiques, Nux vomica 5CH et Iris versicolor 5CH

Sucer 3 granules de chaque avant chaque repas

Associer une ou plusieurs autres souches suivant les symptômes. Traitement symptomatologique

Les principaux

  • Iris versicolor 5CH Si les remontées acides augmentent en position couchée. Non seulement dans l’estomac, mais dans tout le tube digestif (de la bouche à l'anus: pyrosis jusqu'aux dents), avec vomissements acides et hypersalivation (salive abondante et filante). Amélioration en buvant froid.
  • Sulfuricum acidum 5CH intéressant surtout en cas de reflux anciens. Brûlures gastriques avec éructations très acides. Aggravé par l'eau froide et le matin. Amélioré par la chaleur sur l'estomac. Frilosité
  • Robinia pseudo accacia 5CH: remontées acides surtout la nuit, aggravées par les graisses. Les vomissements irritent les dents. Les remontées acides sont abondantes et fluides.

En deuxième intention

  • Sanguinaria canadensis 5CH: régurgitations brûlantes, touchant la langue (comme si elle avait été plongée dans de l'eau bouillante), recouverte d'un enduit blanc avec une zone rouge centrale. Nausées, vomissements associés qui ne soulagent pas. Sensation de vide gastrique. Soif de liquides acides. Migraines périodiques suivant la courbe solaire. Rougeurs principalement localisées au niveau des joues (surtout la joue droite).
  • Capsicum 5CH: Les brûlures sont intenses, comme provoquées par du piment, aggravées après avoir mangé ou bu, en particulier de l'alcool. la soif est vive, avec le désir d'alcool pour calmer la gastrite. Aggravé par le froid. Météorisme abdominal et diarrhées brûlantes. A horreur de l'exercice, appétence pour l'alcool, pléthore congestive.
  • Magnesia carbonica 5CH régurgitations aqueuses et acides. Ballonnements, alternance de constipation et de diarrhées aigres, écumeuses. Transpiration à odeur de sure.
  • Natrum phosphoricum 5CH: douleur améliorée par la bière. Diarrhées et sueurs aigres. Langue chargée d'un enduit jaune d'or très épais et crémeux.

Si la douleur est améliorée en mangeant

  • Anacardium orientale : faim douloureuse, gastralgies, spasmes gastriques, nausées, vomissements, mauvais caractère. Amélioré sur tous les plans en mangeant
  • Graphites Sujet gros, mou, trouvant tout trop salé, n'aimant pas le sucre. Amélioré en mangeant chaud

Avec perte de poids associée

  • Petroleum : gastralgie à jeun ou penché en avant. Pesanteur locale et impression de froid dans l'abdomen. Appétit augmenté, réveillé par nuit par la faim. Frilosité, nausées, vomissements, diarrhées (ne digère pas les pommes de terre), dermatoses hivernales
  • Uranium nitricum: altération de l'état général, soif, faim, amaigrissement. Gastralgies et vomissements s'accompagnant de gonflement de l'abdomen par des gaz (tympanite).

Si la douleur est aggravée en mangeant

  • Robinia et Sulfuricum acidum voir plus haut (traitements principaux)
  • Argentum nitricum 9CH: Inflammation et ulcération des muqueuses de tout l'appareil digestif. Brûlures, ballonnements et crampes d'estomac associées, suite à un stress, au trac ou à un abus de sucreries. Elles irradient vers la gauche sous les côtes et s'accompagnent d'aérophagie (nombreux rôts). Elles sont aggravées après les repas et par les sucreries. Personnes toujours pressées
  • Avec soif de petites quantités d’eau froide fréquemment répétées Arsenicum album 7CH. Les douleurs sont améliorées en mangeant ou en buvant chaud, avec aversion alimentaire. L'origine en est souvent une intoxication alimentaire.
  • Avec soif mais la moindre petite quantité de liquide aggrave les douleurs Cantharis 9CH
  • Avec soif de grandes quantités d’eau froide Phosphorus 9CH
  • Si les brulures surviennent après l'ingestion d'alcool, 30 minutes à 1 heure après le repas avec besoin de desserrer les vêtements et de faire une courte sieste. Une sensation de plénitude ou de pierre dans l'estomac: Nux vomica 5CH
  • Kalium bichromicum 9CH: Douleur brûlante, déclenchée ou aggravée par la bière, survenant rapidement après un repas. Vomissements filants et visqueux. Diarrhées brûlantes et migraines ophtalmiques
  • Kalium carbonicum: douleur en mangeant, irradiant dans le dos. Impossible de digérer couché. Tout aliment semble se transformer en gaz
  • Allium sativum 5CH 5 granules avant les repas en cas de dyspepsie avec brûlures d'estomac et chez le gros mangeur

Traitement constitutionnel = médicaments de terrain

Choisir une ou plusieurs souches en fonction des similitudes parmi les traitements suivants: Sulfur, Lycopodium, Argentum nitricum, Arsenicum album, Causticum, Nux vomica, Phosphorus, Natrum sulfuricum, Calcarea carbonica...

Drainage homéopathique

    • Marbre saccharoïde D8, une ampoule par jour en début de traitement. Action antiacide, à espacer dès amélioration. Garnierite D8, Blende D8, Erythrite D8
    • Estomac D8 et Histaminum D8 1 ampoule de chaque en sublingual un jour sur deux

Traiter les reflux par phytothérapie

Plantes

  • Réglisse (Glycyrrhiza glabra) La réglisse est une plante connue depuis l'antiquité pour ses propriétés digestives. Elle se prend en infusion ou en extraits fluides. Attention toutefois à ne pas l'utiliser de façon trop prolongée en raison du risque d'intoxication à la réglisse. Préférer en cas d'utilisation continue, des extraits déglycyrrhiziné
  • Aloe vera protège la muqueuse gastrique. Prendre en fin de repas une c à café de jus d’Aloe vera dans une boisson.
  • La Mauve (Malva sylvestris), en agissant comme un anti-ulcéreux et un calmant antispasmodique comme la Matricaire (Matricaria chamomilla) la Passiflore (Passiflora incarnata) et la Camomille romaine (Anthemis nobilis).
  • Brocoli: le brocoli a une action bactériostatique sur Hélicobacter pylori. On conseille chez l'adulte Brocoli Elusanes® 1 gélule matin et soir.
  • Houblon: Infuser 10 à 15g de cônes par litre d'eau. Boire 2 à 3 tasses par jour.

Argile blanche

Argile blanche en gélules 4 à 5 gélules après les repas pendant 3 à 4 jours

Algues:

Les algues comme le Fucus (Fucus vesiculosus) ou l’Agar (Agar-agar) pourraient soulager les brulures d’estomac. En effet, l’un de leurs composants, l’alginine, forme un gel avec l’eau contenue dans les aliments et pourrait ainsi protéger la paroi de l’estomac contre un excès d’acidité. Les algues sont commercialisées séchées ou sous forme de gélules. une consommation excessive d’algues peut provoquer une surcharge en iode et entrainer des problèmes de thyroïde.

Aliments:

Chou: La S méthionine contenue dans le chou (autrefois appelée vitamine U) calme les douleurs gastriques. A utiliser avec modération si vous êtes sous anticoagulant Coriandre (Coriandrum sativum)

Soigner un reflux par gemmothérapie

Bourgeons de figuier (Ficus carica)

Ficus carica Bourgeons MG 1DH est un remède efficace pour calmer les gastrites. Il agit aussi sur les angoisses et la dépression. Posologie de 50 à 100 gouttes par jour pour un adulte.

AROMATHERAPIE

Précautions d'emploi

  • Avant d'utiliser pour la première fois une ou plusieurs huiles essentielles, il faut dépister une intolérance ou une allergie. Avant d’appliquer une HE sur la peau, et principalement quand il s’agit d’un enfant, faire un test: sur la face interne de l’avant bras, appliquer quelques gouttes du mélange avant de l’utiliser. En cas d’allergie ou d’intolérance, apparaîtront rapidement rougeur et démangeaisons. Dans ce cas, ne pas faire le traitement.
  • Eviter toute exposition solaire dans les 3 heures qui suivent l'application d'une ou de plusieurs huiles essentielles sur la peau.
  • Attention, sauf mention contraire la plupart de ces huiles essentielles ne doivent pas être appliquées pures, il faut les diluer dans une huile végétale ou dans un shampooing avant de les appliquer localement.

Huiles essentielles à éviter en cas de reflux gastrique

Les huiles essentielles contenant des oxydes terpéniques (1,8 cinéole ou eucalyptol notamment) ne doivent pas être utilisées à une dose supérieure à 6 gouttes ou 3 capsules par jour. En effet, ces molécules ont la capacité d'augmenter les sécrétions acides de l'estomac.

Parmi ces huiles essentielles, il s'agit principalement des HE eucalyptus globulus, HE eucalyptus radié, HE ravintsara, HE de niaouli, HE de romarin à cinéole...

Les huiles essentielles à base de phénols (HE origan compact, HE cannelle, HE girofle, HE thym à thymol et à carvacol, HE sarriette des montagnes....) doivent toujours être utilisées à très faible doses et toujours associées à l'HE citron, HE Menthe ou de l' HE de laurier noble pour protéger le foie.

Formule aromatique pour traiter les reflux

      • HE Menthe : 2ml
      • HE Coriandre: 1ml

Prendre 2 gouttes du mélange sur un support huileux (macadamia) par voie orale après les repas Durée: 4 à 5 jours

Quand faut-il consulter un médecin?

  • En cas d'amaigrissement inexpliqué.
  • Apparition d'un RGO chez une personne de plus de 50 ans, indemne jusque là.
  • Si vous prenez des anti-inflammatoires
  • Présence de sang dans les selles ou de vomissements de sang (hématémèse): hémorragie digestive
  • Altération de l'état général
  • Vomissements persistants
  • Dysphagie= Difficulté à avaler, douleur à la déglutition, ou sensation que les aliments ont du mal à progresser dans l'œsophage.
  • Toux, asthme, maux de gorge, dyspnée inspiratoire, dysphonie (RGO, cancer de l'œsophage)
  • Antécédents personnels ou familiaux de cancers digestifs.
  • Antécédents d'ulcère gastroduodénal.
  • Consulter à nouveau après 4 semaines de traitement si les symptômes persistent.

Liens utiles

Articles en relation

Partager ce contenu

NEWSLETTER

J'accepte que les informations saisies soient utilisées dans le cadre de ma demande et de la relation commerciale qui peut en découler. Vous référer à la politique de confidentialité en cliquant Ici