Recherche dans le blog

Catégories

Soins des cheveux, des ongles et de la peau sous chimiothérapie

Publié le : 07/11/2017 13:58:14
Catégories : Beauté , Médicaments

> Cheveux

> Ongles

> Peau

> Syndrome mains pieds

> Empruntes digitales

> Peau rouge et sèche, Rash acnéiques, Folliculite

> Irritation intime

> Maquillage

> Prévention solaire

Cheveux

Perte des cheveux

Les médicaments anticancéreux entraînent fréquemment une chute des cheveux qui débute 2 à 3 semaines après l'initiation du traitement et atteint son maximum 1 à 2 mois plus tard. Les risques varient selon les médicaments

Cette alopécie est inconstante et pratiquement toujours réversible quelques semaines après la fin du traitement (sauf en cas de radiothérapie encéphalique)

  • Il est conseillé de couper court ses cheveux avant le début de la chimiothérapie et d'éviter ensuite tout facteur d'agression (brossage trop brutal, brushing, bigoudis, coloration...). Préférer les shampoings doux, employez une brosse douce. Utilisez un shampoing rééquilibrant et non agressif
  • Un casque hypothermique peut être proposé pendant la durée de la perfusion. Le froid, par vasoconstriction, réduit la pénétration des actifs médicamenteux au niveau de la racine des cheveux.
  • En cas de chute de cheveux, la repousse varie selon la vitesse d'élimination des substances administrées. Dans la plupart du temps, elle débute dans les 3 à 4 mois suivant la dernière dose de chimiothérapie. Chez certains patients, la repousse passe temporairement par des cheveux différents (plus fins, partiellement blancs, frisés alors qu'ils étaient raides et inversement. Porter un foulard ou une perruque. Sur prescription du médecin, les prothèses capillaires sont remboursées en partie par la sécurité sociale. 
  • Il est conseillé d'attendre six mois avant une permanente ou une coloration.

Risque d'alopécie en fonction des médicaments

  • Risque très élevé: protocole comprenant une anthracycline, doxecatel (Taxotere®)
  • Risque intermédiaire: Paclitaxel: Taxol®, Platines
  • Risque faible: Vinorelbine (Navelbine®), Gemcitabine (Gemzar®), Capecitabine (Xeloda®)

Cheveux gras

Certaines chimiothérapies peuvent entraîner une dermatite séborrhéique. Dans ce cas, utiliser des produits spécifiques comme crème Evoskin DS

Ongles

Certains traitements anticancéreux favorisent une atteinte des ongles: leur croissance est stoppée, ils peuvent devenir secs et cassants, se décolorer, des stries (bandes foncées, signe que la matrice de l'ongle se pigmente), ou encore des taches peuvent apparaître sur leur surface. Cette toxicité est transitoire, mais elle peut persister 6 mois après l'arrêt des traitements, voire 12 à 18 mois pour les ongles des orteils.

Les traitements responsables d'une atteinte de l'ongle

La liste des traitements perturbant les ongles n'est malheureusement pas exhaustive

  •  Taxanes: (paclitaxel, docétaxel, nab-paclitaxel): Ces molécules peuvent provoquer des atteintes des ongles jusque 80% des patients traités à type de mélanonychie (noircissement de l'ongle) ou de leuconychie (stries blanches sur les ongles)
  • Les anti-EGRF, les inhibiteurs MEK, les inhibiteurs mTOR sont responsables de paonychies ou de peryonyxis: inflammations des replis sus-unguéal et latéraux

Moyens préventifs utilisés lors de la chimiothérapie

Des moufles et parfois des chaussettes réfrigérantes sont fournies par l'hôpital pour limiter ces effets. Les applications de froid sont à démarrer 15 minutes avant le traitement et à poursuivre 15 minutes après. Les moufles ou chaussettes réfrigérantes sont contre indiquées chez les personnes souffrant de syndrome de Raynaud, de métastases distales et d'artériopathie distale. Le port de ces moufles n'est pas possible en cas de traitement oral ou lors de perfusions longues.

Conseils pour limiter l'atteinte des ongles pendant la chimiothérapie

  • Faire tremper ses ongles quelques minutes dans une bassine d'eau tiède avant de les couper. Ne pas retirer les cuticules, ni curer les ongles car cela risquerait de les soulever et de les faire tomber. Couper à raz les ongles décollés pour soulager la douleur. Ne pas couper les ongles trop courts, mais les limer en laissant 2 mm du bord.
  • Éviter les frottements et les manipulations superflues, ainsi que les traumatismes de l'ongle.
  • Porter des chaussures larges pour limiter la pression sur les ongles et les frottements.
  • Mettre du vernis à ongles sur l'ongle et son pourtour, la veille ou le jour de la séance de chimiothérapie: 2 couches de vernis au silicium (Vernis silicium Color Care la Roche Posay®, ou Pastel Care, ou Gen'ongles® incolore) ou vernis au Litium-Strontium-Manganèse (Evonail® Solution) et 2 couches de vernis foncé non nacré. Il faut garder le vernis pendant toute la durée du traitement et au minimum une semaine après la fin du traitement. S'il s'écaille, le retirer avec un dissolvant sans acétone et remettre les 4 couches.
  • Bien masser matin et soir la base de l'ongle avec un émollient adapté, hydratant et relipidant, testé chez les patients sous anticancéreux.
  • Prendre des compléments alimentaires pour fortifier les ongles uniquement si votre spécialiste vous l'autorise.
  • Mettre des gants pour faire la vaisselle ou autres travaux ménagers

A ne pas faire

  • Ne pas se ronger les ongles
  • Ne pas faire de manucures agressives
  • Ne pas appliquer de faux ongles
  • Ne pas utiliser de vernis contenant du formol, des parabens, du toluène ni du colophane
  • Ne pas utiliser de produits détergents
  • Ne pas utiliser de dissolvant contenant de l'acétone
  • Pas de contact prolongé avec l'eau
  • Ne pas s'exposer au soleil

Peau

Avoir une hygiène rigoureuse mais douce

  • L'hygiène générale doit être bonne, en étant attentif à toutes les situations à risque d'infection. Utilisez des produits contenant ni alcool ni parfum, ils sont beaucoup trop abrasifs même pour les peaux les plus grasses. Privilégiez des produits pour peaux sensibles. Éviter l'eau trop chaude ainsi que l'usage de gants de toilette.
  • Utilisez une base lavante spécifique en cas de peau irritée: Evoskin® Nettoyant
  • Utiliser un déodorant naturel, sans aluminium ni parabens
  • Pour la toilette intime, utilisez une base lavante spécifique en cas de peau irritée: Evoskin nettoyant. En cas d'irritation des parties génitales, utiliser un gel de toilette intime spécial. Utilisable aussi en cas d'irritation de la région anale et utilisable sur l'appareil génital masculin.
  • Éviter les vêtements trop serrés (bas de contention, chaussettes, chaussures ou gants)

Xérose ou dessèchement cutané

Certains traitements de chimiothérapie entraînent un fort dessèchement cutané. Conjointement aux soins d'hygiène doux, pensez à hydrater votre peau au moins une fois par jour sur le visage et le corps avec des soins émollients adaptés à la sévérité de la sécheresse. Evoskin® Hydratant a été spécialement conçu dans cette indication

Syndrome Mains, pieds

Souvent synonymes de réponse thérapeutique et d'observance, les réactions cutanées induites par les anticancéreux sont souvent redoutées, mais il existe des solutions. Le syndrome mains-pieds ou SMP est plus fréquent chez les femmes et les personnes de plus de 65 ans. Il est plus sévère chez les sujets qui n'ont pas la peau blanche et chez les patients ayant déjà des problèmes cutanés pré-existants. L'obésité est aussi un facteur de risque. Le SMP se manifeste différemment selon les chimiothérapies.

Différentes formes de SMP

SMP classique: Certaines chimiothérapies sont responsable du syndrome pied-mains (surtout avec le Taxotère et le 5-FU). C’est une inflammation qui se manifeste par une sensation de chaud, de picotements, voire de brûlure au niveau des mains et des pieds, mais aussi des du cou, des aisselles, des coudes et des genoux.... Elles apparaissent entre 2 à 12 jours après la chimio. Ce syndrome peut aller jusqu'à l'apparition de fortes douleurs avec la peau qui pèle, des rougeurs, de gonflements, de sécheresse ou encore de cloques, de fissures ou de crevasses. Un SMP hyperkératosique est observé avec les chimiothérapies antiangiogéniques. Il est observé en général entre 2 à 4 semaines après le début du traitement. Il débute comme un SMP classique au niveau des points d'appuis (talons, pulpe des doigts et des orteils...), mais évolue en un hyperkératose douloureuse jaunâtre avec un halo inflammatoire associé à un décollement bulleux avant de desquamer. Le syndrome PATHEO est le SMP observé avec les taxanes (Docétaxel). l'érythème se situe sur le dos de la main et autours des articulations métacarpiennes. Il est associé à des lésions éczématiformes. Dans les formes plus graves, on peut observer une dystrophie au niveau de l'ongle pouvant aller jusqu'à son décollement. 

Physiopathologie

Le mécanisme physiopathologique est encore assez méconnu. L'extravasation des métabolites de la chimiothérapie, en dehors des microcapillaires cutanés seraient à l'origine  de la destruction des tissus environnants.  

Prévention du SMP

  • Faire un bilan podologique avant un traitement anticancéreux, faites enlever les callosités. Si besoin faites confectionner des orthèses podologiques en cas de trouble statique plantaire
  • Mettre des gants doublés de coton pour faire la vaisselle, se protéger systématiquement les mains lors des travaux ménagers et de jardinage, mais éviter le contact direct avec les gants en caoutchouc qui fragilisent la barrière cutanée par macération. Mettre des sous gants en coton si vos gants de protection sont en caoutchouc.
  • Eviter les douches ou les bains trop chauds. Ne pas se laver plus de deux fois par jour
  • Eviter l'exposition au soleil ou à la chaleur (saunas, hammam...). En cas d'impossibilité de fuir le soleil, mettre une protection solaire d'indice élevé SPF 50 et filtrant aussi les UVA.
  • Eviter les vêtements trop serrés (bas de contention, chaussettes, chaussures ou gants)
  • Portez des chaussures larges, souples, bien ajustées, ni en synthétique, ni en plastique. Portez des chaussettes en coton (attention aux coutures internes), les changer tous les jours. Ne pas marcher pieds nus, ni en sandales. Utiliser des chaussons dans la maison.
  • Éviter les frottements vigoureux et les traumatismes.
  • Enlever les zones calleuses durant tout le traitement à l'aide d'une pierre ponce fine (2 fois par semaine). Ne pas couper vos ongles trop courts car ils protègent extrémité de vos doigts. Vérifier vos pieds tous les jours le premier mois de traitement puis une fois par semaine ensuite.
  • Appliquez régulièrement de la crème hydratante sur les pieds et les mains: Evoskin hydratant
  • Les cataplasmes d’argile verte sont très efficaces sur la douleur. Procéder en 3 à 4 fois. Garder un cataplasme 10 min, l’enlever et en faire un autre pendant 30 min puis un autre 1h et enfin garder le dernier toute la nuit.
  • Boire beaucoup, privilégier une alimentation riche en protéines et en vitamines B et C
  • Votre médecin peut vous prescrire une crème à base de cortisone et des semelles orthopédiques pour soulager les points d'appui. Consultez en cas de limitation des activités quotidiennes.
  • Pour les perfusions courtes de chimiothérapie, des packs réfrigérants peuvent être placés au niveau des poignets et des chevilles. La vasoconstriction locale engendrée par le froid, limite la diffusion des produits de chimiothérapie au niveau des mains et des pieds

 

Homéopathie

L'homéopathie peut prévenir et soigner les troubles cutanés liés à la chimiothérapie

  • Drainage homéopathiquePeau D8 à alterner avec les bourgeons d'orme champêtre (Ulmus campestris Bg Mg 1D): prendre une ampoule de chaque matin et soir, puis diminuer si amélioration.
  • Appliquer sur les mains et les pieds la pommade au calendula.
  • Arsenicum album 7 CH en cas de xérose sans fissuration. Sucer 3 granules 2 fois par jour
  • Petroleum 7CH en cas de xérose avec fissures. Sucer 3 granules 3 fois par jour.
  • Radium bromatum 7 CH. Sucer 3 granules 2 fois par jour en cas de radiodermite
  • Antimonium crudum 7 CH en cas d'hyperkératose; sucer 3 granules 3 fois par jour.
  • Cantharis 7 CH en cas de cloques; sucer 3 granules 3 fois par jour.

Perte d'empreintes digitales

La capécitabine (Xeloda®) peut aussi entraîner la disparition d'empreintes digitales, ce qui peut poser problème à l'entrée du territoire américain. Pour ne pas rester bloqué à la douane, les voyageurs sont invités à se déplacer, muni d'une lettre de leur oncologue précisant leur pathologie et le fait que Xeloda® peut effacer les empruntes digitales.

Peau rouge et sèche, Rash acnéiques, Folliculite

Prévention de la folliculite

70% à 80% des patients, après 2 semaines de chimiothérapie, connaissent une folliculite (inflammation des follicules non infectieuse) : soit une éruption de petits boutons principalement sur le visage (principalement la partie centrale du visage) et sur le tronc. Elle est aussi parfois appelée Rash acnéique. Attention, la folliculite n’est pas à traiter comme de l’acné, même si elle y ressemble. Parlez-en avec votre médecin pour qu’il vous prescrive un traitement adapté.

  • Bien se laver les mains avant d'appliquer le soin
  • Appliquer tous les jours une bonne crème et un bon lait hydratant: Evoskin® Hydratant.
  • Éviter de porter des tissus trop rêches et des vêtements ajustés
  • Utiliser un savon doux pour laver les vêtements en contact direct avec la peau.
  • Protéger la peau du soleil, des sources de chaleur et du froid.
  • Éviter les piscines publiques
  • Éviter les désodorisants, les parfums et les cosmétiques sur la zone traitée
  • Éviter de percer les lésions, de frotter ou de gratter la peau (risque de surinfection)
  • En cas de peau irritée, appliquez un soin réparateur apaisant aux oligoéléments: Evoskin® Répatateur
  • Pour le soin des lèvres, utiliser une crème labiale spécifique
  • En homéopathie: Rhus toxicodendron 7 CH; sucer 3 granules 3 fois par jour

Irritation intime

En cas d'irritation intime, utilisez EVOGYN® après votre toilette intime, En cas de gêne fonctionnelle intime, EVOGYN® peut être appliqué aussi souvent que nécessaire.

En cas de radiothérapie, appliquer 1 heure avant la séance et immédiatement après. Peut aussi être appliqué sur la région anale et sur l'appareil génital masculin.

   

Maquillage, soin du visage

Il est important de soigner son image et de garder une bonne mine pendant une chimiothérapie.   Préférez des crèmes de jour spécifiques pour peaux fragilisées par la chimiothérapie comme: Evoskin® Hydratant ou Evoskin® Anti-Age....  

 

Prévention solaire

Les traitements anticancéreux peuvent temporairement fragiliser la peau ou la rendre intolérante au soleil. Utiliser absolument une protection solaire adaptée surtout sur les régions qui ont été irradiées par la radiothérapie ou qui ont été altérées par des traitements photosensibilisants. Porter un chapeau à large bords, des lunettes, ainsi que des vêtements couvrants les bras et les jambes. 

En cas de risque d'exposition des parties découvertes, même en hiver, appliquer une crème à fort indice de protection SPF 50+. Privilégier les formules haute tolérance contenant un minimum de filtres. Renouveler l'application toutes les 2 heures

Partager ce contenu