Recherche dans le blog

Catégories

Vitamine D

Publié le : 23/11/2017 10:31:10
Catégories : Médicaments

> Qu'est-ce que la Vitamine D?

> Quels sont les rôles de la Vitamine D?

> Grossesse et vitamine D

> Enfants, adolescents et vitamine D

> Les carences en vitamine D

> Bilan biologique d'une carence en vitamine D

> Traitement par la vitamine D

> Quand faut-il consulter un médecin?

> Voies de recherche sur la vitamine D

Qu'est-ce que la Vitamine D?

La vitamine D est une vitamine apportée par l'alimentation et synthétisée au niveau de la peau sous l'action notamment des rayons UV.

Mais c'est aussi une hormone stéroïde à part entière, qui joue un rôle important pour notre santé.

C'est le manque de vitamine D qui est responsable du rachitisme, maladie qui entraine la déformation du squelette durant l'enfance. Même si les vrais cas de rachitisme sont aujourd'hui exceptionnels en France, des études épidémiologiques récentes établissent que toutes les catégories de la population sont majoritairement déficitaires en cette vitamine: enfants, adolescents, femmes enceintes, séniors...

Selon une étude publiée dans le BEH du 24 avril, 42,5% des Français de 18 à 74 ans ont un déficit modéré en vitamine D et 4,8% ont un déficit sévère – tandis que 80% d’entre eux présentent une insuffisance en cette vitamine

Le saviez-vous?

La vitamine D est celle de l'huile de foie de morue de nos grands parents.

Structure chimique de la vitamine D

La vitamine D n’est pas une vitamine mais une véritable hormone stéroïde avec une synthèse, un transport sanguin puis des actions endocrines et paracrines via un récepteur nucléaire.

En fait, le terme de vitamine D est un abus de langage et regroupe un ensemble de métabolites différents, tous dérivés du cholécalciférol, ou vitamine D3.

Le métabolite actif est la forme di-hydoxylée (1-25[OH]2D3) = dihydrocycholécalciférol.

La forme de réserve de la vitamine D est la forme 25(OH)D3 dont la demi-vie est longue et la synthèse peu régulée ; elle est stockée au niveau hépatique.

La vitamine D est transportée dans le sang par une protéine, la BDP.1µg de vitamine D = 40 UI de vitamine D

Propriétés physico-chimiques de la vitamine D

- thermosensible

- sensible à la lumière

- sensible à l'oxygène

- sensible aux acides

Les apports en vitamine D

La vitamine D est à la fois apportée par notre alimentation (1/3 des besoins) et aussi fabriquée par notre peau (2/3 des besoins) sous l'action des rayons UV du soleil. Elle est ensuite stockée et transformée dans notre foie. Le rein la transforme en vitamine D active.

Vitamine D et soleil

En été, 15 à 30 minutes/jour d'exposition des bras et du visage sont suffisantes pour apporter à un adulte en bonne santé les 2/3 des besoins quotidiens en vitamine. Cependant, il faut savoir que la production de vitamine D par la peau dépend:
  • de la durée et de l'heure d'exposition, de l'intensité lumineuse
  • de la pigmentation de la peau
  • de l'âge
  • de la surface corporelle soumise aux UV.
Avec l'âge, la peau produit moins efficacement de la vitamine D

Les apports alimentaires en vitamine D

Huile de foie de poisson

5000 à 25OOO UI/100g morue, flétan, thon. Mise en garde sur la fameuse "Huile de foie de morue": elle est riche en vitamine D certes, mais aussi en vitamine A qui peut s'avérer toxique en cas de surdosage ou dangereuse chez la femme enceinte.

Chair des poissons gras

maquereau, saumon fumé, sardine, hareng grillé : 480 à 1600 UI/100g

Autres aliments d'origine animale

jaune d'œuf, beurre, lait de vache, fromage, foie, viande: 4 à 200 UI/100g

Origine végétale

margarine, germe de blé, banane, noix de cacao 400 à 800 UI par jour* *apport recommandé pour les personnes de 55 ans et plus

Métabolisme de la vitamine D

Le cholécalciférol est soit synthétisé par la peau sous l’action des rayons ultraviolets à partir du 7 déhydrocholestérol (7-DHC), soit apporté par l’alimentation.

Il subit une double hydroxylation en 25 au niveau du foie puis en 1 au niveau rénal ; ce métabolite a une durée de vie courte et sa synthèse est finement régulée en modulant l’expression du gène de l’enzyme 1 α-hydoxylase (CYP27B1) responsable de l’hydroxylation rénale.

Sa dégradation est également régulée par modulation du gène de la 24 hydroxylase (CYP24).

Quels sont les rôles de la Vitamine D?

L’action de la vitamine D s’exerce sur les tissus cibles par le biais d’un récepteur nucléaire (VDR), le couplage vitamine D/récepteur modulant alors la transcription de nombreux gènes.

  • Facilite l'absorption intestinale du calcium et du phosphore
  • Elle facilite la fixation du calcium sur les os en diminuant la sécrétion de parathormone et en freinant le remodelage osseux.
  • Elle participe aussi aux défenses immunitaires de notre corps et influence sur la sévérité de maladies infectieuses comme la grippe, ou les affections respiratoires aiguës (pneumonie, tuberculose...).
  • Elle intervient dans le fonctionnement de nos muscles: la vitamine D améliore la force musculaire ce qui permet de diminuer le risque de chutes chez la personne âgée (réduction de 19%*). *BMJ 2009; 339:B3692
  • Elle contribue à la bonne santé cardiovasculaire en prévenant les risques d'accidents vasculaires cérébraux, ainsi que les maladies cardiaques en intervenant sur le système rénine angiotensine (contrôle de la pression artérielle).
  • La vitamine D préviendrait la dépression*. Des récepteurs à la vitamine D ont été mis en évidence dans diverses structures neurologiques (neurones, névroglie, aires cérébrales incluant le cortex cingulate et l’hippocampe), de plus la vitamine D est impliquée dans plusieurs processus cérébraux (comme la régulation de facteurs neurotrophiques ou neuroprotecteurs, la neuro-immuno-modulation, la neuroplasticité, le développement cérébral), il est donc possible qu’elle soit associée à la dépression. *http://bjp.rcpsych.org/content/202/2/100.short
  • Plusieurs études épidémiologiques ont établi un lien de corrélation étroit entre supplémentation en vitamine D et réduction de l'incidence et de la mortalité par cancer, tous types de cancer confondus. La Société canadienne du Cancer a d'ailleurs établi des recommandations très claires : 1 000 UI par jour durant l'automne pour la population générale, et 1000 UI par jour toute l'année pour la population à haut risque de déficit (personnes âgées ou dont la pigmentation de peau est foncée). Le métabolite actif de la vitamine D, la 1,25-dihydroxyvitamine D3, a une action anticancéreuse puissante, tant in vitro que sur les modèles animaux in vivo. En influant sur la transcription des gènes impliqués dans l’une des nombreuses cascades de transduction des signaux déréglées dans les cellules cancéreuses, la 1,25(OH)2D3 freine le processus carcinogène. La vitamine D contrôle certaines excrétions hormonales, telle celle de l'insuline et aurait un rôle dans le diabète de type 1 chez l'enfant. Action dans l'asthme: Une carence en vitamine D coïncidait avec un asthme moins bien contrôlé. Des chercheurs ont suivi un groupe non fumeur de 54 personnes asthmatiques*. Il a été établi, durant cette étude, que les personnes présentant les taux les plus élevés en vitamine D étaient celles qui possédaient la meilleure capacité pulmonaire. A l’inverse, les participants présentant une carence étaient bien plus souvent victimes d'une hyperréactivité bronchique. Une carence en vitamine D a été associée à une hyperréactivité des voies respiratoires, une moins bonne capacité pulmonaire ainsi qu’à une réponse réduite aux glucocorticoïdes, qui possèdent un rôle important dans le traitement de l'asthme. *Vitamin D Levels, Lung Function and Steroid Response in Adult Asthma
  • La vitamine D est associée, aux risques de développer des maladies comme la sclérose en plaques ou encore l'insuffisance rénale chronique.
  • Le vitamine D jouerait un rôle protecteur pour le foie. Des taux faibles de vitamine D seraient corrélés in vitro au risque fibrosant et à la sévérité de la stéatose des hépatopathies métaboliques. Une supplémentation en vitamine D en cas d'hépatopathie permet de restaurer les taux en vitamine D* *Oral vitamin D replacement is effective in chronic liver disease Gastroenterol Clin Biol. 2010 Nov;34(11):618-20.
  • Une carence en vitamine D constitue ainsi un terrain favorable à la perte osseuse et donc à l'ostéoporose

Grossesse et vitamine D

La Vitamine D joue un rôle majeur dans la minéralisation du squelette fœtal car elle augmente la capacité de l'intestin maternel à absorber le calcium dès les premiers jours de grossesse, et à une augmentation de la résorption osseuse pendant le dernier trimestre de la grossesse.

De plus, chez les nouveau-nés carencés en vitamine D, on détecte un niveau bas d'interleukine 10, régulateur central de l'apparition d'une allergie.*

*Low vitamin D status is associated with low cord blood levels of the immunosuppressive cytokine interleukin-10.

Une méta-analyse publiée dans le BMJ** montre qu’une qu’un faible taux de vitamine D mesuré dans le sérum de la la mère pendant la grossesse est associé à un risque plus élevé de diabète gestationnel, de pré-éclampsie, de vaginite bactérienne et de plus faible poids de l’enfant à la naissance.

**Association between maternal serum 25-hydroxyvitamin D level and pregnancy and neonatal outcomes: systematic review and meta-analysis of observational studies BMJ2013;346doi

Les avis divergent sur la supplémentation en Vitamine D

HAS (2005) conseille une complémentation en vitamine D en cas de grossesse se déroulant l'hiver, soit pour les accouchements prévus de mars à juin. Elle est aussi conseillée lorsque l'exposition au soleil est impossible, en cas de risque de chloasma gravidique.

le collège national des gynécologues et obstétriciens français (CNGOF) conseille la prescription systématique d'une dose unique de Vitamine D 100 000 UI au début du septième mois de grossesse.

La supplémentation en vitamine D est fortement recommandée lors du 3ème trimestre de la grossesse et systématique pour le jeune enfant. Cela a permis la disparition des hypocalcémies néonatales sévères par carence vitaminique maternelle et celle du rachitisme carentiel commun du petit enfant, du moins dans notre pays.

Enfants, adolescents et vitamine D

100 000 UI à l’entrée de l’hiver puis en févier-mars, associé à la prise de 3 à 4 produits laitiers quotidiens

De nos jours, dans la population Française, rares sont les enfants et adolescents présentant des signes cliniques de carence en vitamine D; même si quelques cas véritables de rachitismes carentiels ont été décrits chez l’adolescent, principalement parmi les populations migrantes (33 cas ont été décrits en région rouennaise chez des adolescents par Mallet en 2000).

Une carence «biologique» est décrite dans toutes les populations adolescentes, qu’elles soient américaines, australiennes, chinoises, norvégiennes, irlandaises ou françaises. Elle est plus marquée en période hivernale qu’en période estivale et pour les populations à peau pigmentée. Les adolescents obèses sont plus fortement carencés en vitamine D, certes en raison de leurs habitudes alimentaires et de leur moindre exposition solaire, mais également en raison d’une moins bonne biodisponibilité de la vitamine D qui se retrouve «piégée» dans le tissu adipeux.

Même si elle est totalement asymptomatique, cette carence occulte durant l’adolescence risque d’avoir un retentissement à l’âge adulte, ce d’autant plus que, le plus souvent, elle perdure. Cette carence chronique provoque une élévation des taux de PTH, certes non pathologique, mais entraînant une modification du remodelage osseux avec de possibles conséquences au long terme.

Par ailleurs, des adolescentes carencées en vitamine D puis supplémentées pendant deux années, ont une moins bonne accrétion osseuse que leurs pairs non carencées initialement : cela se traduit par un contenu minéral osseux moindre, même s’il est amélioré, et suggère que le retard n’est pas rapidement comblé. Le retard de minéralisation osseuse chez une adolescente carencée en vitamine D semble long à combler.Il semblerait par ailleurs qu’une carence en vitamine D dans la petite enfance (apports inférieurs à 10 μg/j) soit associée de façon significative à la survenue d’un diabète insulinodépendant (étude EURODIAB 1999*) et à la majoration de l’insulinorésistance chez des adolescentes obèses, et ce par des mécanismes physiopathologiques différents (modulation de l’immunité, sécrétion de l’insuline), et à la survenue de pathologies neurologiques auto-immunes.

*Vitamin D supplement in early childhood and risk for Type I (insulin-dependent) diabetes mellitus. The EURODIAB Substudy 2 Study Group.

Pour toutes ces raisons, une supplémentation en vitamine D est souhaitable chez l’adolescent et peut se faire en prescrivant un apport de 100 000 UI à l’entrée de l’hiver puis en févier-mars, associé à la prise de 3 à 4 produits laitiers quotidiens.

Les carences en vitamine D

Les situations à risque de carences en Vitamine D

Les sujets les plus à risques ce sont les personnes à la peau mate ou noire. A tel point que les américains préconisent systématiquement un apport en vitamine D aux femmes noires enceintes. En tous cas ces personnes doivent s'exposer plus longtemps au soleil que les autres pour obtenir les mêmes résultats. Les végétaliens qui ne consomment ni viande, ni poisson, ni œufs, ni produits laitiers sont aussi à risque. Certaines maladies comme la maladie cœliaque peuvent entraîner un déficit en vitamine D. Les personnes âgées sont aussi à risque, car leur organisme absorbe moins bien et synthétise mal cette vitamine.

Les signes cliniques d'une carence en Vitamine D

  • Chez l'enfant cette carence entraîne le rachitisme qui se manifeste par une mauvaise constitution osseuse avec des troubles du sommeil.
  • Chez l'adulte la carence entraîne une ostéomalacie et se manifeste par une déminéralisation osseuse, mais aussi par de la diarrhée, de la nervosité et des sensations de brûlures dans la bouche et la gorge.

Bilan biologique d'une carence en vitamine D

Dosage de la vitamine D

Le dosage sérique de la vitamine D ou 25(OH)D3 permet de mettre en évidence un déficit

Dosage de la PTH

La carence en vitamine D entraînant une élévation de la PTH (parathormone), certains auteurs se basent sur cette élévation pour reconnaître un état de possible carence en vitamine D.

Traitement par la vitamine D

Vitamine D= cholécalciférol(Ergy D, Nattostéolin, Ergocalciferol®, Stérogyl®, Zyma D2®, Uvédose®, Adrigyl® gouttes...)

Posologie:

400 à 800 UI par jour. La vitamine D est utilisée le plus souvent avec une supplémentation en Calcium.

On peut prendre la vitamine D à n’importe quel moment de la journée : pendant, avant, après ou entre les repas.

La vitamine D, sous forme liquide peut être prise sous forme une dose hebdomadaire, voire mensuelle.

En effet, elle peut s’accumuler dans les graisses et le foie, et être captée par des molécules de transport qui forment une réserve sanguine. Ces transporteurs la libèrent sous forme de 25-hydroxyvitamine D en fonction des besoins de l’organisme.

Le saviez-vous?

Attention, un excès de vitamine D s'avère toxique pour le cœur (calcifications), mais aussi pour les reins (calculs rénaux)!

Interactions médicamenteuses:

Les laxatifs à base d'huile de paraffine (Lansoyl®, lubentyl®...), pris régulièrement, peuvent diminuer l'absorption des vitamines liposolubles, notamment la vitamine D. Certains médicaments inhibant l'absorption des lipides: Alli®... peuvent diminuer l'absorption des vitamines liposolubles

Effets secondaires:

Uniquement en cas de supplémentation: maux de tête, nausées, vomissements, perte de poids, fatigue intense

Contre-indications:

Hypersensibilité, hypercalcémie, hypercaliurie, lithiase calcique, personnes souffrant de granulomatose, comme la sarcoïdose ou la tuberculose (La vitamine D active joue un rôle important dans la stimulation de la différenciation des macrophages au sein du granulome).

Quand faut-il consulter un médecin?

  • En cas de calcifications rénales, de sarcoïdose et d’hyperparathyroïdie, consulter un médecin avant de prendre de la vitamine D
Dans ces cas, une consultation médicale s'impose

Voies de recherche sur

Immunité

Une équipe de chercheurs vient de démontrer que la Vitamine D, participe en collaboration avec la phospholipase gamma 1 à l'expression des récepteurs antigéniques à la surface des lymphocytes T et serait donc indispensable à l'immunité à médiation cellulaire*. *Nature Immunology, 2010; 11(4): pp334-9

Tuberculose

L'équipe du chercheur Malcolm Green, a effectué un essai clinique de 1848 concernant l'utilisation de l'huile de foie de morue dans le traitement de la tuberculose pulmonaire*.

Cet essai clinique a été mené à l'hôpital de Brompton en Angleterre sur plus de 1000 tuberculeux répartis en 2 groupes. Dans le groupe traité par l'huile de foie de morue, une stabilisation de l'état des malades a été obtenue chez 18 % d'entre eux contre 5 % dans le groupe témoin. L'aggravation de la maladie ou la mortalité a été de 33 % dans le groupe témoin contre 19 % dans le groupe traité. L'effet bénéfique de l'huile de foie de morue a été attribué par la suite à sa richesse en vitamine D qui joue un rôle dans la défense contre les infections.

* Cod liver oil and tuberculosis BMJ2011;343doi: 10.1136/bmj.d7505(Published 20 December 2011)

Produits associés

Partager ce contenu