> Manifestations cliniques

> Les facteurs déclenchants

> Complications du psoriasis

> Comment éviter les poussées?

> Psoriasis et grossesse

> Quels soins quotidiens pour la peau?

> Bilan biologique du psoriasis

> Quand faut-il consulter son médecin?

> Liens utiles

Traitement du Psoriasis

> Généralités sur le traitement

> Traitement local

> Photothérapie

> Traitement oral

Les solutions naturelles

> Compléments alimentaires

> Homéopathie

> Phytothérapie

> Aromathérapie

Manifestations cliniques

Le psoriasis est caractérisé par l’apparition, dans des régions préférentielles (coudes, genoux, cuir chevelu, région lombosacrée, etc…), mais parfois sur tout le corps, de plaques sèches, desquamantes, laissant apparaître une surface rouge et luisante, en général sans démangeaison ce qui permet de le distinguer de l’eczéma. Le psoriasis est en général symétrique.

  • Psoriasis vulgaire ou psoriasis en plaques: Les plaques de psoriasis sont typiquement érythématosquameuses, arrondies à contour net et recouvertes de squames épaisses, nacrées, adhérentes. C'est la forme classique (80% des patients).
  • Le psoriasis en gouttes se traduit par une multitude de lésions rouges recouvertes de squames de petite taille sur tout le corps. Il apparaît le plus souvent chez l’enfant à la suite d’une angine.
  • le psoriasis inversé atteint les plis interfessiers, inguinal, axillaire et sous mammaire. Cette forme est plus rare. Chez le nourrisson, il est surnommé "psoriasis des langes"
  • Le psoriasis du cuir chevelu est souvent hyperkératosique, pouvant former un véritable « casque séborrhéique ». Il n’induit pas la chute des cheveux. Il est présent chez 5 à 80% des patients
  • le psoriasis des ongles entraîne de multiples dépressions punctiformes en « dé à coudre« . Il est présent chez un patient sur 2.
  • Il existe des formes généralisées et des complications rhumatismales = rhumatisme psoriasique. La sévérité de la maladie est variable d’un patient à l’autre

Les facteurs déclenchants du psoriasis

Le psoriasis est une maladie où la peau se renouvelle à un rythme anormalement rapide (tous les cinq à six jours, au lieu de 28 jours habituellement).

L’origine de la maladie reste inconnue. Elle est liée à l’interaction de facteurs:

  • Génétiques: 30% des cas de psoriasis sont familiaux
  • Immunologiques: infections bactériennes (stretpocoques) ou virales (VIH)
  • Environnementaux: stress, choc émotionnel
  • Médicaments (bêtabloquants, IEC, sels de lithium, interféron alpha, antipaludéens de synthèse, corticoïdes arrêtés brutalement,…)
  • MICI: On retrouve une plus grande fréquence de psoriasis chez les patients atteints de maladie de Crohn et de rectocolite hémorragique.
  • Alcool, tabac
  • Traumatisme cutané
  • Climatiques: Expositions solaires (aggravation du psoriasis dans 5 à 10% des cas), humidité, froid,

Physiopathologie de la maladie

Sous l'action d'auto-antigènes, le point de départ est une activation des lymphocytes T , qui sécrètent des molécules pro-inflammatoires telles le TNF alpha, facteurs de croissance, interleukines, ... recrutant ainsi d'autres cellules immunitaires impliquées dans l'inflammation.

Les kératinocytes (cellules qui fabriquent la peau) s'emballent alors, ne mettant que 3 à 4 jours pour se renouveler au lieu de 28jours en temps normal

Le psoriasis n'est pas une maladie auto-immune car il n'y a pas de production d'auto-anticorps mais il s'agit une maladie inflammatoire impliquant étroitement les facteurs de l'immunité, expliquant l'efficacité des traitements immunomodulateurs.

Complications du psoriasis

Certaines maladies sont plus fréquemment observées chez les patients atteints de psoriasis que dans la population générale. Ce sont des maladies mettant en jeu le système immunitaire du patient. Parmi les maladies qui peuvent précéder, être associées à ou suivre un psoriasis :

  • les rhumatismes inflammatoires 5 à 20% des cas (polyarthrite rhumatoïde et spondylarthrite ankylosante, par exemple) ;
  • certaines maladies inflammatoires chroniques du tube digestif= MICI (maladie de Crohn, rectocolite hémorragique…),
  • le vitiligo, une maladie de peau qui se traduit par des taches dépigmentées (des taches blanches),
  • certaines inflammations de la thyroïde.

Il semble également que davantage de troubles cardiovasculaires (infarctus du myocarde) et de cas de diabète de type 2 soient diagnostiqués chez les patients atteints de psoriasis

Comment éviter les poussées?

  • éviter les situations de stress, les excitants comme le café.
  • éviter toutes les situations pouvant agresser votre peau (pas d’eau trop calcaire, pas de détergents, pas de cosmétiques alcoolisés, pas de tatouages ni de piercings…)
  • Ne jamais gratter ni tenter d’arracher les squames, car cela aggrave les lésions! Souvenez-vous que 5 minutes de grattage, entraîne 2 à 3 semaines de psoriasis supplémentaires!
  • éviter le port de vêtements qui exercent un frottement ou une pression sur la peau. Privilégiez les habits amples et confortables et en matières naturelles (coton, lin, soie)
  • En cas de psoriasis des mains, porter des gants pour la vaisselle et le ménage de manière à éviter le contact avec les détergents.
  • éviter d’être en surpoids (surtout en cas d’atteinte des plis)

Ne pas gratter les squames !

Ne jamais gratter ni tenter d’arracher les squames, car cela aggrave les lésions!

Souvenez-vous que 5 minutes de grattage, entraîne 2 à 3 semaines de psoriasis supplémentaires !

Mise en garde sur les cabines de bronzage


La fréquentation des cabines de bronzage est formellement déconseillée pour traiter un psoriasis. La qualité et la quantité des rayons ultraviolets ne sont pas aussi contrôlées que dans un cabinet de dermatologie et peuvent entraîner un risque de cancer.

Les effets de l’exposition lumineuse naturelle et artificielle sont bénéfiques. Chez la très grande majorité des personnes qui souffrent de psoriasis, l’exposition modérée et régulière aux rayons du soleil améliore les symptômes de la maladie. Seuls 5 à 10 % des personnes souffrant de psoriasis voient leur psoriasis s’aggraver lors de l’exposition au soleil.

Les plaques de psoriasis plus épaisses que le reste de la peau, sont moins sensibles aux coups de soleil.

 

 En cas d’amélioration de votre psoriasis par le soleil, il est impératif de se protéger comme tout le monde avec un écran solaire adapté à votre phototype.

Psoriasis et grossesse

Souffrir de psoriasis n’empêche pas d’avoir des enfants.

Pendant la grossesse, les symptômes de psoriasis ont tendance à s’atténuer ou à disparaître (la progestérone, hormone de la grossesse, contrôle l’hyperactivité du système immunitaire).

Les médicaments utilisés par voie orale contre le psoriasis sont potentiellement toxiques pour le fœtus, les femmes qui suivent ces traitements et en âge de procréer doivent utiliser une contraception efficace. Lorsqu’une grossesse est souhaitée, ces traitements sont suspendus au minimum deux mois avant de cesser la contraception.

Dans les mois qui suivent la naissance de l’enfant, une poussée de psoriasis est assez fréquemment observée.

Quels soins quotidiens pour la peau du psoriasis?

  • Prendre des douches rapides et tièdes ou un bain rapide avec une huile de bain émolliente et/ou un pain dermatologique (Eucerin® Oméga…)
  • Sécher la peau par tamponnements, sans frotter, pour ne pas arracher les squames.
  • Bien hydrater ses mains après chaque lavage.
  • Se protéger du soleil, surtout en cas de traitement à risque comme la ciclosporine

Soin émollient kératoréducteur

Un soin émollient est un produit qui a la propriété de ramollir les tissus. Les émollients sont un traitement d’appoint important car ils permettent une meilleure pénétration des autres actifs. Ils sont particulièrement utiles en cas de psoriasis au niveau du cuir chevelu où la pénétration des dermo-corticoïdes ne peut se faire que si l’épaisseur des squames a été réduite au préalable.

L’urée est le principal principe actif émollient: à une concentration inférieure ou égale à 10%, elle favorise la fixation de l’eau sur les chaines protéiques (effet plastifiant); à une concentration supérieure à 10%, elle est utilisée pour son effet kératolytique.

Parmi les autres substances émollientes, on peut citer l’acide lactique, l’acide salicylique et les goudrons.

Avène® Akérat S,Avène® Akérat Crème Corporelle, Avène Trixérat,EUCERIN Crème Corps Réparatrice 5 pour cent Urée, Eucerin® Oméga, KERIUM DS Crème Visage Apaisante Prodesquamante ,La roche-Posay® ISO-UREA baume psoriasis,SVR Xérial 10 Lait Corps Anti Squames, Topicrem® Baume Sos Condition Extreme, …

Bien appliquer les soins

Appliquer un soin émollient kératoréducteur (lait ou crème) une à deux fois par jour, en prenant soin de bien faire pénétrer par un massage doux et prolongé.

 

Pour une bonne imprégnation, appliquer le soin émollient après le bain ou la douche sur une peau légèrement humide

En cas de démangeaisons

  • En cas de démangeaisons, pensez aux pulvérisations d’eau thermale, et masser doucement les lésions avec une crème hydratante. N’arrachez surtout pas les croûtes

Autres conseils

  • Eviter les gommages
  • Un rasage très doux manuel ou électrique semble la meilleure solution pour ne pas agresser la peau.
  • En cas de psoriasis du cuir chevelu, manier le peigne et la brosse avec précaution (possibilité d’irritations)
  • Le maquillage n’est pas contre-indiqué tant que le visage n’est pas atteint, mais n’en appliquer pas sur les plaques et utiliser des produits ni irritants, ni allergisants. Éviter les épilations à la cire.
  • Soin des ongles: En cas d’atteinte des ongles, utiliser un soin hydratant et kératolytique qui permettra de lisser l’ongle et de lui redonner toute sa brillance  Naloc®, …
  • Attention, les tatouages et/ou les piercing peuvent aggraver un psoriasis. L’apparition de nouvelles lésions sur une zone de peau saine jusque là est possible 10 à 15 jours plus tard.

Bilan biologique du psoriasis

Le dépistage du psoriasis ne nécessite pas de bilan biologique particulier sauf dans certains cas douteux où une biopsie des lésions est nécessaire. Ce sont surtout les effets indésirables des traitements qui nécessitent une surveillance biologique particulière

  • Test de grossesse: En cas de traitements par voie orale contre indiqué en cas de grossesse, un test de grossesse est réalisé avant la mise en place de ces traitements et une contraception efficace est conjointement prescrite
  • Numération formule sanguine: Une surveillance de la NFS, plaquettes est nécessaire en cas de traitement par le méthotrexate, une fois par semaine au départ pendant un mois, puis une fois par mois
  • Bilan rénal: Un bilan rénal (Urée, Créatinine) est nécessaire en cas de traitement par le méthotrexate et ou par la ciclosporine, une fois par mois
  • Bilan hépatique: Un bilan hépatique (TGO, TGP, GGT) est nécessaire en cas de traitement par le méthotrexate, Soriatane® et /ou par la ciclosporine
  • Bilan lipidique: Une anomalie du bilan lipidique (cholestérol, triglycérides…) contre indique le traitement par l’acitrétine

Généralités sur le traitement

Il n’existe pas de traitement permettant de guérir définitivement le psoriasis, mais les lésions peuvent être réduites par divers types de médicaments, en application locale ou par voie générale (voie orale ou injections).

Pour être pleinement efficace, le traitement du psoriasis doit toujours être prolongé plusieurs semaines après la disparition des plaques.

Traitement local

Les traitements locaux peuvent être utilisés seuls ou associés entre eux, en fonction de la localisation et de l’étendue des lésions. Ils sont constitués de:

> Agents kératolytiques

> Dérivés de la vitamine D

> Dermocorticoïdes

> Rétinoïdes

L’usage des goudrons est aujourd’hui abandonné car ils contiennent des benzopyrènes potentiellement mutagènes et cancérigènes

Agents kératolytiques

Les kératolytiques (Alkosalen®, Alkotar®, Diprosalic®, Localone®, Nérisalic®) facilitent l’élimination des croûtes présentes sur les plaques. Ils sont appliqués sur les plaques très épaisses. La plupart de ces médicaments contiennent de l’acide salicylique associé à un dermocorticoïde

Précautions d’emploi: L’acide salicylique étant irritant, il faut éviter les applications sur les parties génitales, les muqueuses ou au niveau des yeux.

Traitement local»

Dérivés de la vitamine D

Les dérivés de la vitamine D sont moins rapidement efficaces que les dermocorticoïdes et peuvent être irritants en début de traitement. Au long cours, ils sont bien supportés et sont utilisés comme traitement d’entretien. L’association avec un dermocorticoïde en début de traitement permet d’avoir un effet plus rapide.

Dérivés de la vitamine D (Apsor®, Daivonex®, Silkis®), associé à un dermocorticoïde (Daivobet®, Xamiol®)

Contre indication: Hypercalcémie

Traitement local»

Dermocorticoïdes

Les dermocorticoïdes sont des préparations anti-inflammatoires d’usage local contenant des dérivés de la cortisone. Ils constituent le traitement local de référence du psoriasis. Ils sont classés selon leur activité :

  • activité très forte (classe I): indiqués pour les genoux, les coudes, les paumes des mains, plante des pieds.
  • activité forte (classe II),
  • activité modérée (classe III): indiqué pour le visage
  • activité faible (classe IV).

BETESIL®, BETNEVAL®, CLARELUX® crème , CLARELUX® mousse, CLOBEX®, DERMOVAL® crème, DERMOVAL® gel, DIPROLÈNE®, DIPROSONE®, EFFICORT®, EPITOPIC®, FLIXOVATE®, LOCAPRED®, LOCATOP®, LOCOÏD®, NÉRISONE®, NÉRISONE® C, TRIDÉSONIT®

Certaines préparations associent un dermocorticoïde à une substance kératolytique ou à un dérivé de la vitamine D ou encore à un antiseptique.

Les corticoïdes peuvent être appliqués sous pansement occlusif.

L’action des dermocorticoïdes est très rapide dans le traitement du psoriasis et ils sont souvent prescrits pour soulager le patient sans attendre les effets de traitements plus spécifiques. Lorsque les dermocorticoïdes ont blanchi les lésions, le traitement est continué sur plusieurs semaines, voire plusieurs mois, pour éviter les rechutes. Les doses appliquées sont réduites très progressivement tout au long de cette période.

Effets indésirablesLes dermocorticoïdes ont des effets indésirables qui varient selon l’activité de la substance utilisée, la quantité de produit appliquée chaque jour, la surface de peau traitée, le mode d’application (avec ou sans pansement protecteur), la durée du traitement, l’âge du patient, etc. On retrouve surtout: l’amincissement de la peau, la couperose, les vergetures, des rougeurs (surtout lors d’application sur le visage) ou, plus rarement, la dépigmentation localisée de la peau, l’apparition de poils ou d’eczéma.

Précautions d’emploi: Chez les jeunes enfants, les dermocorticoïdes doivent être utilisés avec précaution, car leurs substances actives peuvent passer dans le sang. Il est impératif d’utiliser en complément des dermocorticoïdes des soins hydratants et émollients pour hydrater la peau et limiter la survenue des poussées. En cas d’amélioration, diminuer progressivement l’application des dermocorticoïdes en prenant le relais avec les soins hydratants pour éviter l’effet rebond. Ne pas appliquer de dermocorticoïdes forts sur le visage ou la région génitale (zones très sensibles aux corticoïdes forts)

Contre indications: Les dermocorticoïdes sont contre-indiqués en cas d’infections ou d’ulcération de la peau.

Traitement local»

Rétinoïdes

Les rétinoïdes (Tazarotène = Zorac®), dérivés de la vitamine A sont des substances qui régulent le renouvellement de la peau. Ils agissent en inhibant la prolifération des kératinocytes et en stimulant leur différenciation. Ils sont surtout recommandés pour traiter les plaques du corps.
Il est souvent irritant en début de traitement. Le plus souvent associé à un dermocorticoïde, le tazarotène est préconisé pour des plaques peu nombreuses et comme traitement d’entretien de ces lésions.

Précautions d’emploi: Il est conseillé de débuter par le gel à 0,05% avant de passer à celui à 0,1%. Le taux de succès est comparable à celui des dermocorticoïdes mais avec une tolérance moins bonne.

Contre-indications: les rétinoïdes sont contre-indiqués chez la femme enceinte. Une contraception efficace est impérative pendant le traitement. Ne pas exposer au soleil les zones traitées par les rétinoïdes.

Photothérapie

Cette thérapie est essentiellement recommandée en cas de psoriasis en plaques modéré avec retentissement important sur la qualité de vie.

Deux types de photothérapie peuvent être proposées, à raison de trois séances hebdomadaires durant deux mois, puis une à deux séances par semaine pendant plusieurs mois en entretien. On estime qu’il ne faut pas dépasser en moyenne 30 séances par an et 150 à 200 séances pour une vie en raison du risque de mélanome.

 

Photothérapie par UVB

La photothérapie par UVB à spectre étroit consiste à exposer les lésions à des UVB de longueurs d’ondes comprises entre 311 et 313 nm. Le blanchiment des lésions est obtenu en 6 à 8 semaines. Cette technique est moins cancérigène que la puvathérapie.

Effets indésirables: démangeaisons, rougeurs, sécheresse cutanée, herpès, taches brunes.

Puvathérapie

La puvathérapie s’adresse aux formes étendues de la maladie (Plus de 40% de la surface corporelle). Elle associe l’effet d’un psoralène (methosalène: Méladinine®) + UVA. Cela permet de blanchir les lésions dans 80% des cas en une vingtaine de séances. Conserver des lunettes de soleil durant 10 à 12 heures suivant la séance

Traitement oral

Le traitement du psoriasis par voie générale est réservé aux formes les plus sévères. Ces traitements n'étant pas compatibles avec la grossesse, une méthode contraceptive efficace est indispensable pendant le traitement et au moins 20 semaines après.

Le traitement oral utilise soit des médicaments qui diminuent l’activité du système immunitaire (des « immunosuppresseurs » comme le méthotrexate ou la ciclosporine), soit un rétinoïde (l’acitrétine, qui régule le renouvellement de la peau), soit des médicaments qui bloquent l’action de certaines substances immunitaires comme, l'apremilast ou des biothérapies comme les TNF (Tumor necrosis factor) , et les inhibiteurs d'interleukines.

Les corticoïdes par voie orale ne sont pas utilisés car ils peuvent induire l’apparition d’un rebond à l’arrêt du traitement.

> Methotrexate

> Ciclosporine

> Acitretine

> Apremilast

> Anti TNF alpha

Mise en garde  sous biothérapies, méthotrexate et ciclosporine

Avec ces molécules, il faut être vigilant concernant:

  • Le risque infectieux: Se laver régulièrement les mains, désinfecter les plaies, bien cuire les aliments, consulter en cas de fièvre, de toux, de maux de gorge, de rhume, de signes urinaires, de douleurs dentaires...
  • Les vaccins: Les vaccins vivants sont contre indiqués. Respecter un délai de 3 mois avant ou après les immunosuppresseurs. Les vaccins contre la grippe saisonnière et le pneumocoque sont recommandés.

Méthotrexate

Le méthotrexate (Imeth®, Ledertrexate®, Méthotrexate®, Metoject®, Novatrex®), médicament immunosuppresseur, est le traitement général de référence du psoriasis sévère de l’adulte. Son mécanisme d’action repose sur une réduction de l’hyperactivité du système immunitaire et des réactions inflammatoires. Le méthotrexate se prend une seule fois par semaine. Chez les patients pour qui la voie orale ne donne pas de résultats suffisants, il est également possible d’administrer le méthotrexate en injection.

Mise en garde: Le méthotrexate est un médicament à marge thérapeutique étroite (c’est à dire que sa dose efficace est proche de sa dose toxique)

Effets indésirables: Le méthotrexate est généralement bien supporté : 50 % des patients traités peuvent poursuivre le traitement pendant au moins trois à cinq ans. Les effets indésirables les plus fréquents sont digestifs (diarrhée, nausées, etc.). Les patients qui prennent du méthotrexate sont régulièrement suivis (examen clinique et prise de sang) pour déceler d’éventuels effets indésirables. En général, les personnes qui prennent du méthotrexate prennent également de la vitamine B9 (folates = Lederfoline®) pour éviter certains effets indésirables, mais uniquement dans le cas  des leucémies et des tumeurs et pas en cas de psoriasis.

Précautions d’emploi: Son usage chez les personnes qui souffrent d’hépatite chronique oblige à faire régulièrement des examens complémentaires. Le méthotrexate est tératogène (toxique pour le fœtus). Une contraception efficace est indispensable pendant le traitement que ce soit l’homme ou la femme qui est traité. Cette contraception doit être poursuivie encore 5 mois après l’arrêt du traitement chez l’homme. De plus, lors de traitement par méthotrexate, il est préférable de ne pas prendre d’anti-inflammatoires non stéroïdiens.

Posologie: la mise en place du traitement est progressive. La dose standard est de 30 à 50 mg/m2/semaine. Etant donné que la prise ne se fait qu’une seule fois par semaine, il est important de ne pas l’oublier (pensez à programmer votre tel portable par exemple).

Traitement oral»

Ciclosporine

La ciclosporine (Néoral®, Sandimmun®), médicament immunosuppresseur, a une efficacité comparable au méthotrexate. Cette substance a la propriété de bloquer certaines cellules qui interviennent dans les réactions immunitaires.

Ces principaux effets indésirables sont une toxicité rénale, l’hypertension artérielle, des troubles hépatiques, des tremblements, des fourmillements des mains et des pieds, une pousse excessive des poils, des troubles digestifs, un gonflement des gencives.

Précautions d’emploi: En cas de traitement par la ciclosporine, ayez une bonne hygiène bucco-dentaire et préférer les brosses à dents souples

Traitement oral»

Acitrétine

L’acitrétine (Soriatane®) est un rétinoïde, dérivé de la vitamine A.

Il normalise les processus de différenciation et de kératinisation et est indiqué dans les formes sévères de psoriasis en monothérapie ou associé à la puvathérapie

L’effet de l’acitrétine sur les plaques de psoriasis apparait au bout de six à huit semaines. Elle est plus efficace chez les enfants que chez les adultes. L’acitrétine peut être utilisée seule ou en association à la photothérapie (pour pouvoir réduire les doses de rayons ultraviolets administrées).

Son principal effet indésirable est la sècheresse de la peau et des muqueuses qu’elle provoque. De plus, la prise d’acitrétine contre-indique le don de sang. Une anomalie du bilan lipidique, contre indique le traitement

Précautions d’emploi: L’acitrétine peut être toxique pour le fœtus, ce qui oblige à prendre des précautions particulières. Chez la femme en âge de procréer, il ne peut être administré que si la patiente utilise une contraception efficace un mois avant l’initiation du traitement, pendant toute la durée du traitement et durant les deux mois qui suivent la fin du traitement (voire les deux ans qui suivent). Un test de grossesse doit être réalisé avant le traitement, puis tous les deux mois pendant la durée du traitement, puis régulièrement durant les mois qui suivent l’arrêt du traitement.

Règles de prescription de l’acitrétine chez la femme obligatoires à compter du 1er octobre 2012

Contraception orale mise en place depuis plus d’un mois, Test de grossesse négatif datant de moins de 3 jours, évaluation du niveau de compréhension de la patiente. Les résultats des tests et les dates doivent être reportées dans un carnet de suivi complété par le médecin

-> Prescription pour un mois
-> délivrance à la pharmacie dans les 7 jours suivant la prescription avec un contraceptif oral avec AMM, et au vu du carnet de suivi complété.

En cas de grossesse survenant durant le traitement par l’isotrétinoïne, celui-ci doit être impérativement interrompu. La patiente doit être adressée à un médecin spécialiste compétant en tératologie.


Traitement oral»

Apremilast (Otezla)

L'apremilast est un inhibiteur de la phosphodiestérase 4, enzyme prédominante dans les cellules inflammatoires. Il est indiqué en traitement de seconde intention des traitements systémiques non biologiques avant l'instauration d'un anti TNF alpha. Sa prescription est réservée aux spécialistes en dermatologie, en médecine interne et en rhumatologie.

Ses principaux effets indésirables sont; diarrhées, nausées, céphalées, perte de poids, comportement suicidaire

Traitement oral»

Anti TNF alpha (Remicade, Humira, Embrel)

Les anti-TNF sont indiqués dans le traitement du psoriasis en plaques modéré à sévère, résistant aux autres traitements généraux, comme la ciclosporine, le méthotrexate ou la photothérapie. Certains de ces médicaments sont également indiqués dans le traitement du rhumatisme psoriasique.

Mécanisme d’action: Les anti-TNF bloquent l’action d’une substance produite par les cellules de l’immunité (le Tumor Necrosis Factor ou TNF).

Précautions d’emploi: Avant la mise en route du traitement par un médicament anti-TNF, un bilan préalable est effectué pour dépister une éventuelle infection, même bénigne. En effet, ces médicaments peuvent diminuer la résistance aux infections. Un bilan dentaire est également effectué pour dépister une infection des dents qui pourrait se compliquer en infection des valves du cœur. Si une infection est dépistée, elle est traitée par des antibiotiques avant la mise en route du traitement anti-TNF, qui sera administré par injections, soit intraveineuse à l’hôpital de jour, soit sous-cutanée (par une infirmière ou le patient lui-même). Ensuite, les patients sont suivis régulièrement pour dépister au plus tôt d’éventuelles infections. Lorsqu’on reçoit un médicament anti-TNF, il est important de rester vigilant et de signaler à son médecin tout signe pouvant évoquer une infection : fièvre (même peu élevée) ou perte de poids (même modérée). En effet, une infection négligée peut avoir des conséquences extrêmement graves chez les personnes qui reçoivent des anti-TNF

Contre indications: Tuberculose ou autre infection évolutive, certaines insuffisances cardiaques, grossesse.

Traitement oral»

Inhibiteurs d'interleukines ustékinab (Stelara), sécukinab (Cosentyx), ixékizunab (Taltz)

Ces molécules inhibent les interleukines pro-inflammatoires. Leurs effets indésirables semblent similaires aux anti TNF alpha.

Les compléments alimentaires

Omega 3

De par leur effet sur l’inflammation, les Oméga-3 sont bénéfiques en cas de psoriasis.

Homéopathie

Le traitement homéopathique de fond traite les problèmes de peau mais aussi les troubles émotionnels.

Mise en garde. Les traitements suivants ne sont donnés qu’à titre indicatif. Seul un médecin homéopathe pourra vous prescrire un traitement vraiment adapté à votre cas.

L’homéopathe peut agir sur plusieurs axes de traitement en prescrivant des traitements constitutionnels, des traitements symptomatiques ou encore des traitement de drainage.

Les traitements constitutionnels

Les principaux traitements de terrain prescrits en cas de psoriasis:

  • Arsenicum album 9CH : si les squames sont poudreuses, toujours petites. Chaque poussée est plus grave que la précédente. Maniaque de la propreté. 5 granules 2 fois par jour
  • Sepia officinalis 15 CH : si le pourtour des lésions est pigmenté, femme ayant une sensation de ptose (descente d’organes), terrain migraineux. 5 granules par jour pendant un mois.
  • Natrum muriaticum 9CH : si la peau est sèche, même sur les parties non atteintes par les lésions, jusqu’au bout des doigts où la peau se détache (envies), sujet jeune, maigre, mangeant beaucoup, hyperémotif, triste, se complaisant dans l’isolement.

Autres traitements de fond généralement prescrits en cas de psoriasis: Arsenicum iodatum, Berberis vulgaris, Kalium arsenicosum, Luesinum,Phosphorus, Ignatia amara, Arnica montana, Lycopodium, Graphites, Sulfur, Psorinum

Les traitements symptomatiques

Aucun de ces médicaments ne parvient à lui seul de se débarrasser du psoriasis, ils sont une aide et un confort supplémentaire pour le patient.

  • Berberis aquifolium ou Mahonia aquifolium: en cas de localisation principale sur le cuir chevelu et au visage, chez le sujet fragile du foie.
  • Hydrocotyle asiatica: en cas de plaques épaisses et/ou de desquamation en grandes squames
  • Zea italica en TM ou en très basses dilutions comme draineur des lésions cutanées sèches
  • Manganum metallicum en cas de localisation des plaques autour des articulations.
  • Petroleum: si dermatoses sèches aggravées l’hiver, fissures, peau saine très sèche
  • Chrysarobinum en cas de localisation au pourtour des yeux et des oreilles
  • Medorrhinum en cas de psoriasis au niveau de la paume des mains avec transpiration de la paume des mains

Drainage homéopathique

La lithothérapie dé-chélatrice permet d’agir à la fois au niveau du système nerveux et à la fois sur la composante inflammatoire de la maladie
Prendre au long cours pour lutter contre l’inflammation: Or natif D8 et Argent natif D8, 1 ampoule au dîner en alternance
Faire en plus des cures de 2 à 3 mois entrecoupées de périodes de repos une cure qui drainera le système nerveux, en prenant Lepidolite D8 et Olivenite D8, une ampoule au coucher en alternance

Phytothérapie

Ortie

Ortie (Urtica dioïca) les feuilles d’orties sont un dépuratif.

Cette plante est particulièrement intéressante indiqué en cas de dermatoses rebelles (eczéma, psoriasis et dartres)

Marque verte Ortie piquante, Ortie Vitaflor, ...

Réglisse

De par ses propriétés adoucissantes, cette plante entre dans la composition de pommades, crèmes ou onguents à base de réglisse non déglycyrrhizinée indiquées en cas de psoriasis, d’herpès ou d’eczéma

Pissenlit

Le pissenlit combat les dermatoses (acné, eczéma, psoriasis…) et la cellulite, souvent en rapport avec une mauvaise fonction hépatique.

 Marque verte Pissenlit feuilles, ...

Curcuma

Appliqué sur la peau, le curcuma soigne efficacement plusieurs types d’affections cutanées comme les mycoses ou le psoriasis.

Faire des cataplasmes à base de poudre: 1 cuillère à café avec un peu d’eau, à appliquer 3 fois par jour

Curcuma rhizome Iphym, ...

Aromathérapie

Précautions d'emploi

  • Avant d'utiliser pour la première fois une ou plusieurs huiles essentielles, il faut dépister une intolérance ou une allergie. Avant d’appliquer une HE sur la peau, et principalement quand il s’agit d’un enfant, faire un test: sur la face interne de l’avant bras, appliquer quelques gouttes du mélange avant de l’utiliser. En cas d’allergie ou d’intolérance, apparaîtront rapidement rougeur et démangeaisons. Dans ce cas, ne pas faire le traitement.
  • Eviter toute exposition solaire dans les 3 heures qui suivent l'application d'une ou de plusieurs huiles essentielles sur la peau.
  • Attention, sauf mention contraire la plupart de ces huiles essentielles ne doivent pas être appliquées pures, il faut les diluer dans une huile végétale ou dans un shampooing avant de les appliquer localement.

HE Arbre à thé (Melaleuca alternifolia) est une huile essentielle riche en terpinène-4-ol (monoterpénol). Ses propriétés principales sont: antibactérien à large spectre, antifongique, antiiral, neurotonique, immunomodulant (augmentation des IgM et des IgA).

Ses indications principales sont: mycoses cutanées, gynécologiques et unguéale, infections ORL, stomatologiques, acné, psoriasis, fatigue, épuisement. Cette HE a aussi une action paralysante sur les parasites (poux, gale). Elle s’utilise à raison de 5 gouttes dans le shampoing, laisser agir 15mn. Pour la gale, elle s’emploie pure au niveau des sillons, recouvrir avec de la vaseline le soir

Bain aux huiles essentielles pour le psoriasis

Verser le tout dans un bain tiède.

 

Lotion traitante apaisante pour psoriasis du cuir chevelu

Mettre 1 goutte de chaque dans le shampoing habituel et laisser agir 5 minutes. Rincer soigneusement. Renouveler tous les 3 jours.

Quand faut-il consulter un médecin?

  • Le psoriasis est une maladie sérieuse, si vous suspectez un psoriasis, consultez dans tous les cas un médecin (généraliste, pédiatre ou dermatologue).
  • Si vous êtes sous traitement immunosuppresseur, consultez en cas d’apparition de symptômes inquiétants (fièvre, développement d’une infection bactérienne avec pus, douleurs particulières,…)
  • Toute modification des valeurs de vos prises de sang en cas de traitement pour le psoriasis (Méthotrexate) doit vous faire contacter votre médecin très rapidement.

Liens utiles