Dernière mise à jour le : 19/10/17

> QUE SONT LES HEMORROÏDES

> QUE FAIRE EN CAS D'HEMORROÏDES?

> QUE FAIRE EN CAS DE CRISE?

> COMMENT TRAITER LES HEMORROÏDES?

> SOIGNER LES HEMORROÏDES PAR OLIGOTHERAPIE

> AMELIORER LES HEMORROÏDES PAR LES COMPLEMENTS ALIMENTAIRES

> SOIGNER LES HEMORROÏDES PAR PHYTOTHERAPIE

> SOIGNER LES HEMORROÏDES PAR HOMEOPATHIE

> SOIGNER LES HEMORROÏDES PAR GEMMOTHERAPIE

> SOIGNER LES HEMORROÏDES PAR AROMATHERAPIE

> Quand faut-il consulter un médecin?

> liens utiles

QUE SONT LES HEMORROÏDES?

"Tous droits réservés à Pulsations Multimedia-« Allodocteurs.fr »- site du portail du groupe France Télévisions spécialisé sur la thématique de la santé. "

Les hémorroïdes désignent un réseau vasculaire anal présent chez tous qui participe à la continence des sphincters.La maladie hémorroïdaire est une inflammation accompagnée d'une dilatation anormale de ces veines hémorroïdaires, provoquées par une augmentation locale de la pression sanguine. Elle est fréquente en cas de constipation, pendant la grossesse et chez les plus de 50 ans.

Les hémorroïdes externes entrainent parfois des douleurs très gênantes et des démangeaisons. Les hémorroïdes se thrombosent mais saignent moins souvent car la peau qui les recouvre est épaisse. La douleur débute brutalement puis elle est permanente. Elle n'est pas augmentée par la défécation.

Les hémorroïdes internes, invisibles sont situées dans le rectum. Elles peuvent se thromboser, saigner, se prolaber et s'extérioriser. Elles donnent une sensation de rectum plein et provoquent parfois des saignements en fin de défécation Une personne sur deux est concernée au moins une fois au cours de sa vie.

L'évolution est généralement favorable en une à deux semaines. Les complication possibles sont une infection ou une thrombose (source de douleur intense qui justifie parfois une évacuation chirurgicale du caillot) Un examen clinique digital anorectal et une anuscopie sont les examens de base pour rechercher d'autres affections plus graves.

Les quatre stades de la maladie hémorroïdaire

Stade I: hémorroïdes purement internes.

Stade II : hémorroïdes qui ne s'extériorisent que lors de la défécation

Stade III: hémorroïdes qui s'extériorisent au moindre effort mais qui sont réductibles manuellement.
Stade IV: hémorroïdes prolabées, permanentes et irréductibles.

Facteurs de risque

Un certain nombre de facteurs de risque prédispose à une crise hémorroïdaire:

  • Grossesse: la combinaison de la stimulation des récepteurs hormonaux, la congestion pelvienne et la gêne au retour veineux sont des facteurs prédisposant aux hémorroïdes majoritairement au second trimestre de la grossesse
  • Accouchement: les efforts de poussée requis sont propices aux hémorroïdes. Dans la majorité des cas, les symptômes disparaissent juste après. La phase lutéale prémenstruelle favorise les poussées hémorroïdaires.
  • les troubles du transit: constipation, diarrhée, sont souvent à l'origine d'une crise Les irritations locales: agents irritants (laxatifs irritants, suppositoires, lavements pratiqués de façon abusive L'alcool et les épices Les efforts physiques violents (le port de charges lourdes, haltérophilie...) peuvent aussi être à l'origine d'une crise hémorroïdaire
  • Facteur génétique: Il existerait une explication génétique à la prédisposition aux hémorroïdes

Contrairement aux idées reçues, même si les veines sont en cause, il n'y a aucun lien entre hémorroïdes et varices. Les unes n'entrainant pas les autres car ce n'est pas du tout le même réseau veineux qui intervient dans la maladie

QUE FAIRE EN CAS D'HEMORROÏDES?

Hygiène de vie

Combattre l'excès de poids, éviter la sédentarité, la position assise prolongée.

Bouger, marcher régulièrement dans la journée, faire du sport en adaptant l'effort à la douleur. Privilégier les sports comme la marche, la natation ou la gymnastique.

Éviter de porter des objets trop lourds.

Lutter contre la constipation

Lutter contre la constipation car la constipation favorise l'apparition des hémorroïdes. Adopter une alimentation riche en fibres, à base de légumes, fruits frais ou fruits secs. Faire de l'exercice ou du sport régulièrement. Boire suffisamment d'eau (1.5 à 2 l /j) en préférant les eaux fortement minéralisées (type Contrex, Hépar). Éviter les repas déséquilibrés et trop abondants. Éviter une prise trop prolongée de laxatifs très puissants. Dès qu'on ressent l'envie d'aller à selle; y aller, ne pas se retenir.

Hygiène corporelle

Lutter contre toute irritation locale: préférer au papier toilette, un lavage à l'eau, en utilisant un gant de toilette, et sécher plutôt qu'essuyer.

Ne pas prendre des bains chauds, la chaleur accentue la vasodilatation.

Évitez de porter des sous-vêtements serrés ou moulants

QUE FAIRE EN CAS DE CRISE?

Supprimer les excitants: alcool, tabac, épices, piment, poivre, café, thé, gibier, sodas... Avoir une alimentation riche en vitamine C.

Ne prenez pas d'aspirine pour calmer la douleur, en raison du risque de saignement.

Sports à éviter en cas de crise : cyclisme, équitation.

Soins locaux

  • Faire une toilette méticuleuse après être allé à la selle. Remplacer dès que possible le papier toilette par un lavage à l'eau et au savon. Le lavage doit se faire directement avec les mains (propres). Préférer des gants de toilette à usage unique.
Gants de toilette non tissés, ...
  • Utiliser un pain dermatologique ou un soin lavant doux sans savon

A-Derma Exoméga huile nettoyanteSaforelle Soin lavant doux ...

  • S'essuyer avec un linge doux ou une lingette nettoyante adoucissante

Micro H lingettes, RAP Phyto jambes légères lingettes fraîcheur, ...

  • Faire des bains de siège 3 à 4/jour : s'assoir quelques minutes dans une eau tiède. Ne pas prendre des bains chauds, la chaleur accentue la vasodilatation. Essayer lors de la toilette de faire rentrer l'hémorroïde. Porter des sous vêtements en coton.

PURESSENTIEL Circulation bain douche, ...

  • En cas d'hémorroïde importante, asseyez-vous sur un coussin rond gonflable afin de soulager la zone anale

Coussin Rond Marque Verte, ...

Comment traiter les hémorroïdes?

Pour être efficace le traitement doit être accompagné des mesures hygiéno-diététiques.

Traitement local

  • Suppositoires anti-hémorroïdaire : Sédorrhoïde® 2/jour à mettre de préférence après les selles. Enrobez les suppositoires avec une pommade antihémorroïdaire afin d'en faciliter l'introduction.
  • Crème, gels ou pommade antihémorroïdaire contenant des anesthésiques locaux sont actives en quelques minutes. Certaines crèmes contiennent des anti-inflammatoires (phénazone, enoxolone); elles sont contre indiquées en cas d'infection locale (bactérienne, mycosique, virale ou parasitaire). L'hirudine (Hirucrème®) ou extrait de sangsue présente l'avantage d'une activité anticoagulante. Les pommades ou les gels à base d'AINS ne doivent pas être utilisées.

Micro H Monodoses, ...

  • Le froid apporte un double bénéfice, une action anesthésiante et un effet décongestionnant par vasoconstriction. Ce froid sec et continu capable d'apporter une antalgie et un soulagement en moins de 5 minutes. Il est utilisable chez la femme enceinte.

Coldhot mini, ...

Traitement oral

  • Veinotoniques per os à la posologie maximale 2 à 3g/jour pour la diosmine pendant 3 jours, puis à la posologie normale pendant 2 à 3 semaines . Les veinotoniques améliorent la circulation locale en augmentant la vasoconstriction et la résistance des vaisseaux. Ils sont utilisés pour atténuer la douleur, le prolapsus et les saignements. Leur utilisation au long cours ou leur association entre eux n'ont pas d'intérêt dans la maladie hémorroïdaire. Effets indésirables et précautions d'emploi A forte dose, les veinotoniques peuvent entrainer des troubles digestifs. L'heptaminol (Ampecyclal, Ginkor fort) ne doit pas être pris en cas d'hyperthyroïdie ou en association aux IMAO.

Diosmine 600, Veliten, Ginkor fort, Daflon, Esberiven, Ampecyclal, Doxium, Bicirkan, Etioven, Veinamitol ...

  • Traitement de la constipation: Faciliter le transit en traitant une éventuelle constipation associée. Préférez des laxatifs doux (lubrifiants, laxatifs de lest). Évitez absolument les laxatifs irritants comme la bourrache, le séné ou le cascara.
  • Pour soulager la douleur: prendre un antalgique anti-inflammatoire à base de Paracétamol,ou d'ibuprofène. L'ibuprofène est contre indiqué en cas de grossesse. Eviter toutes les spécialités contenant de la codéine, susceptible d'aggraver la constipation. Ne pas prendre d'aspirine qui favorise les saignements.

Soigner les hémorroïdes par Oligothérapie

Traitement des crises hémorroïdaires

Oligosol Manganèse-Cobalt en alternance avec Oligosol soufre Prendre une ampoule de chaque en sublingual, un matin sur deux

Traitement préventif

Oligosol magnésium si la fonction intestinale est irrégulière: Prendre une ampoule en sublingual tous les matin.

Améliorer les hémorroïdes par les compléments alimentaires

Les compléments alimentaires à visée circulatoire contiennent des plantes à visée circulatoire (vigne rouge, marronnier, olivier, aubépine...), des flavonoïdes (marc de raisin...) et des tanin (vasculoprotecteurs), ou encore certaines vitamines anti oxydantes connues pour leur rôle protecteur des vaisseaux, ainsi que des acides gras essentiels. Ils sont indiqués à partir de 15 ans (12 ans pour certains). La posologie varie de une à deux prises par jour. Des cures de 3 mois minimum sont recommandées pour un maximum d'efficacité

Anastase CirculationAntistax, DAYANG Circulation veineuse et lymphatique,  Vitiven ...

SOIGNER LES HEMORROÏDES PAR PHYTOTHERAPIE

Plantes cicatrisantes à appliquer localement

Ces plantes permettent de supprimer la douleur ou la gêne et de favoriser la cicatrisation lorsqu'elles sont appliquées localement.

Ce sont des plantes à tanins essentiellement (bistorte, cyprès, hamamélis, marronnier d'inde, noisetier, potentille, ratanhia). Les tanins sont astringents, favorisent la régénération des tissus en cas de blessure superficielle. Ils ont un effet calmant et anesthésique local léger; ils préviennent les surinfections bactériennes. En tisane concentrée utilisée en bains de siège tièdes, de 10 à 15mn, une à deux fois par jour, ou en compresses laissées localement 15mn (renouveler 2 à 3/jour). Appliquer ensuite une crème anti hémorroïdaire.

Plantes hémostatiques en cas d'hémorroïdes qui saignent: Utilisée en lotions ou en compresses, la prêle permet de stopper les saignements

Plantes anti douleur à appliquer localement

Plantes antidouleur à action anti-inflammatoire marquée. On les utilise en solution aqueuse, suppositoires, ou pommades pharmaceutiques.

  • Non spécifiques de la pathologie hémorroïdaire: souci, achillée millefeuille, bouillon blanc, mauve
  • Plantes spécifiques de la pathologie hémorroïdaire: Marron d'inde et organes souterrains de petit houx (veinotoniques), Mélilot (cicatrisant), racines tubérisées de ficaire (aussi appelée "herbe aux hémorroïdes"), Cyprès.

Traitement oral

Plantes combinant effets vasoconstricteur et protecteur capillaire (augmentent la résistance des vaisseaux et diminuent leur perméabilité) :

  • Marronnier d'inde (graine),
  • Petit houx (organes souterrains),
  • Ficaire fausse renoncule (Ranunculus ficaria): Les petites racines, en forme de tubercules, ont une ressemblance fréquente avec des hémorroïdes d'où son nom: "herbe aux hémorroïdes". Infusion ou décoction courte de 50 à 60g de racines par litre d'eau.
  • Cyprès (Cupressus sempervirens). Les cônes de cyprès ont sensiblement les mêmes applications que l'hamamélis. Il a une action vasoconstrictrice et tonique veineuse. Il est indiqué en cas de varices, d'hémorroïdes, de congestion pelvienne, de métrorragies, de troubles de la ménopause. Il s'utilise en décoction de 15 à 25g de cônes frais concassés par litre d'eau bouillante. Laisser bouillir un quart d'heure et prendre un tasse avant chaque repas; ou Cyprès Arkogélules 1 gélule aux 3 repas Attention plantes à utiliser en décoction et pas en tisane. Traitement de 5 jours

ARKOBIO Infusion Jambes légères, Arkofluide Jambes légères, Cyprès Arkogélules, DAYANG Infusion bio jambes légères, Dayang Circulation Bio, Vitaflor Bio Tisane jambes légères, ...

SOIGNER LES HEMORROÏDES PAR HOMEOPATHIE

Dans tous les cas, dès le début de la crise hémorroïdaire

Aesculus hippocastanum 5CH ou Aesculus composé : 3granules toutes les 2 heures puis espacer selon amélioration. Des spécialités homéopathiques existent dans cette indication: Avenoc, L28 Vascodran: surtout en cas de retour veineux déficient chez les sujets dont le foie est engorgé et peine à éliminer les toxines

Associer une ou plusieurs souches en fonction des symptômes

  • Aesculus: Les hémorroïdes font souffrir et forment une protubérance bien visible en grappe, très mal au dos (douleurs lombo-sacrées). hémorroïdes internes ou externes, peu ou pas saignantes, peu ou pas douloureuses. Améliorées par le froid local. Prurit. 
  • Hamamelis: Irritation très vive. Impression que les hémorroïdes vont éclater 
  • Nux vomica: Démangeaisons souffrance au moment des poussées. Sensation de ne pas pouvoir excréter correctement 
  • Ratanhia 5CH: Hémorroïdes suintantes douloureuses pendant et après les selles:  Présence de saignements: Lycopodium 7CH, Aurum metallicum 5 CH chez un sujet puissant, musclé, congestionné au visage violacé, couperosé, très colérique avec des propos violents.
  • Sulfur: Hémorroïdes chroniques installées et qui font très mal, diarrhée fréquentes et matinales 
  • Collinsonia 7CH hémorroïdes extériorisées très douloureuses , avec une douleur piquante, qui saignent, et une constipation indolore avec des selles volumineuses, claires difficiles à éliminer. Prurit anal et vulvaire, amélioration par la chaleur. Souvent chez la femme enceinte
  • Muriaticum acidum 5CH: Hémorroïdes procidentes (prolapsus), provoquant des douleurs aiguës à la défécation, hypersensibles au moindre contact. Amélioration par la chaleur locale. Incontinence rectale lors d'émission de gaz. 
  • Kalium carbonicum: Constipation de grosses selles dures, reflux gastro-œsophagien
  • Hémorroïdes après un accouchement: Prendre en alternance: Lachesis 9CH, Arnica montana 9CH, Muriaticum 9CH toutes les 1 à 2h jusqu’à la disparition des poussées hémorroïdaires.
  • Autres traitements possibles : Carduus marianus, Rathania, Paeonia...

Traitement local

  • Aesculus composé crème 2 à 3 applications/jour à appliquer sur les hémorroïdes après une toilette soigneuse (lingettes)
  • Aesculus composé suppositoires 1 suppositoire matin et soir
  • Pommade au ratanhia après avoir mis le suppositoire.

Drainage homéopathique

Veine hemorroidale D8 : 1 ampoule par jour et  Blende D8: 1 à 3 ampoules par jour

SOIGNER LES HEMORROÏDES PAR GEMMOTHERAPIE

Aesculus hippocastanus (marronnier) bourgeons MG 1D, 150 gouttes/j au moment de la crise en 2 prises diluées dans de l'eau avec Sorbus (Sorbier) bourgeons MG1D 75 gouttes le matin.

Le macérât glycériné de bourgeons de sorbier de par son activité sur le drainage veineux soignerait les varices, les hémorroïdes et les ulcères variqueux et les bouffées vasomotrices de la ménopause.

SOIGNER LES HEMORROÏDES PAR AROMATHERAPIE

Les huiles essentielles peuvent soulager et traiter les hémorroïdes, mais attention, il ne faut pas les utiliser en cas de grossesse, en cas d'allaitement, ni en cas d'allergie. De plus, elles sont réservées chez l'adulte et l'enfant de plus de 15 ans.

Les huiles essentielles

  • L'huile essentielle de cyprès (Cupressus sempervirens) a des propriétés décongestionnantes veineuses et astringentes, d’où l’utilisation par voie orale de son huile essentielle en cas de crises hémorroïdaires (contre-indiquée chez la femme enceinte).
  • L'huile essentielle de citron (Citrus limonum) par son action sur la fluidité sanguine, est efficace en d'insuffisance veineuse (jambes lourdes, hémorroïdes)
  • L’huile essentielle de géranium rosat (Pelargonium X asperum) peut également être utilisée en raison de son activité anti-inflammatoire et hémostatique (elle empêche de saigner).
  • L'huile essentielle d'hélichryse ou d'immortelle (Helichrysum italicum) stimule la circulation sanguine et permet la résorption des bleus, des œdèmes et réduit la couperose les varices et les hémorroïdes.
  • L'huile essentielle de lentisque pistachier (Pistacia lentiscus) a une action décongestionnante sur le réseau veineux. Cette huile essentielle peut être appliquée pure à raison de 2 gouttes sur la veine hémorroïdaire après chaque toilette et chaque selle.

Huile essentielle de géranium BioHuile essentielle de Cyprès BIOPranarom oleocaps 6, PURESSENTIEL Circulation bain douche, Puressentiel, HE helichryse, Puressentiel HE de lentisque, ...

Attention, sauf mention contraire la plupart de ces huiles essentielles ne doivent pas être appliquées pures, il faut les diluer dans une huile végétale avant de les appliquer localement.

Précautions d'emploi

  • Avant d'utiliser pour la première fois une ou plusieurs huiles essentielles, il faut dépister une intolérance ou une allergie. Avant d’appliquer une HE sur la peau, et principalement quand il s’agit d’un enfant, faire un test: sur la face interne de l’avant bras, appliquer quelques gouttes du mélange avant de l’utiliser. En cas d’allergie ou d’intolérance, apparaîtront rapidement rougeur et démangeaisons. Dans ce cas, ne pas faire le traitement.
  • Eviter toute exposition solaire dans les 3 heures qui suivent l'application d'une ou de plusieurs huiles essentielles sur la peau.
  • Les huiles essentielles utilisées dans cette indications sont contre indiquées pendant la grossesse et l'allaitement et chez l'enfant de moins de 15 ans.
  • Certains traitements contre indiquent l'usage des huiles essentielles en raison du risque d'interactions médicamenteuses: L'HE Gaulthérie et l'HE d'hélichryse sont contre-indiquées avec la prise d'anticoagulants par exemple car elles sont fluidifiantes du sang.

Quand faut-il consulter un médecin?

  • En cas de douleurs intenses à la défécation et à la contraction du sphincter (fissure anale...).
  • En cas de douleurs importantes, continues, pulsatiles durant 2 à 3 jours (thrombose, fistule, étranglement hémorroïdaire)
  • Hémorroïdes chez le sujet de plus de 50 ans (risque de cancers colorectaux, rectites ou colites)
  • En cas de prolapsus important (difficulté à "rentrer" l'hémorroïde)
  • Hémorroïdes démangeant énormément.
  • Signes associés de gravité: saignement abondant, diarrhée ou constipation depuis plus de 3 jours, douleur abdominale ou locale intense (risque de thrombose), fièvre associée.
  • En cas de selles très noires.

Liens utiles